Collection souvenir

du  au 

Voilà donc la collection du Nouveau Musée, une collection extrêmement riche malgré une quasi absence de budgets d'acquisition. Il faut donc s'expliquer puisqu'aussi bien le Nouveau Musée a longtemps argumenté sur le fait qu'un musée moderne ne doit pas forcément mettre l'accent sur la partie « collectionnisme » mais bien plutôt sur la création « en train de se faire ». Au fond, la contradiction serait qu'il ne restât rien des expériences des expériences menées avec les artistes reçus ici comme en un atelier et non comme en un parking temporaire. D'où ce titre de Collection-Souvenir qui tente de dire que chaque œuvre présentée a un rapport étroit avec l'histoire même de l'aventure du Nouveau Musée et ceci quelque soit son statut, don, dépôt ou achat.

Souvenir mais on aurait pu écrire hommage ; hommage aux artistes, hommage à ceux qui ont aidé le Nouveau Musée : partenaires du secteur privé, ville de Villeurbanne qui l'a accueilli, Région Rhône-Alpes qui offre un soutien fidèle et Ministère de la Culture, hommage encore au Fonds Régional d'Art Contemporain qui a suivi l'expérience et a compris qu'il fallait transformer en patrimoine régional ce qui risquait de rester éphémère.

Les artistes représentés dans la collection reflètent donc les principales options du Nouveau Musée qu'on voudra bien admettre plus ouvert qu'il n'a été dit, notamment face à la création régionale française (21 français). L'Art britannique est fortement présent par ses sculpteurs (8 artistes) de même que l'Italie voit figurer 6 des plus grands artistes de ces vingt dernières années et encore : sept américains, deux suisses, deux allemands... voilà pour la part statistique de cette présentation.

Mais surtout, ce qui apparaitra c'est la qualité des œuvres et l’homogénéité tout à fait « pédagogique » de la collection, la qualité tient naturellement au choix majoritaire d'expositions « rétrospectives » qui ont été organisées avec le concours des artistes, des collectionneurs et des Galeries. C'est cela qui permet, par exemple, de présenter quatre œuvres majeures de Giulio Paolini, un ensemble unique de Tony Cragg ou de Daniel Buren. Autour de ces ensembles, le Fonds Régional et le Fonds National ont accepté l'idée de compléter, de renchérir la collection de manière à pouvoir aborder dans de meilleures conditions une phase nouvelle de développement : celle qui amène à être un Musée qui forme aussi le public de la création contemporaine.

A l'évidence, cette nouvelle étape nécessitera un local plus ample et surtout plus adapté aux conditions de la conservation ; cette première exposition déjà ne peut montrer la totalité des œuvres et seule une publication pourra en rendre compte de manière exhaustive ; volontairement nous n'avons cependant pas voulu attendre le local futur ou même un local intermédiaire ; c'eût été retarder trop l'hommage aux artistes, aux supporters et au public.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Collection souvenir
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/1986/163_COLLECTION-SOUVENIR
imprimé le 15 décembre 2018 [05:11] depuis l'adresse IP : 3.80.85.76
© Institut d’art contemporain 2018