Tony Cragg

Né en 1949 à Liverpool (ANGLETERRE, ROYAUME-UNI)
Vit et travaille à Wuppertal (Allemagne)

Tony Cragg débute sa carrière artistique en 1975. Son travail est présenté régulièrement dans le cadre d'expositions personnelles (Tate Liverpool, 2000 ; Ca'Pesaro Galleria Internazionale d'Arte Moderna à Venise, 2010; National Gallery de l'Écosse à Édimbourg, 2011) ou collectives (Biennale de Venise, 1988). Il a été gratifié de nombreux prix (Turner Prize, 1988 ; élu Académicien Royal en 2007, etc.) et il est invité pour des projets exceptionnels comme au Louvre (Paris) dans le cadre de l'exposition Figures out/ figures in en 2011.
L’artiste britannique a présenté récemment ses dernières sculptures monumentales au Musée d’art moderne de Saint-Étienne Métropole (sculptures en bois, pièces en acier, en verre et en marbre de plusieurs mètres de haut et conçues entre 1989 et 2013 ; exposition du 14 septembre 2013 au 5 janvier 2014).

Cragg réalise ses premiers dessins dans les années 1960 alors qu’il est technicien dans un laboratoire de gomme naturelle. Il entame alors une formation aux beaux-arts où il choisit de se spécialiser en sculpture. Ami de Richard Deacon et de Bill Woodrow, il est rapidement associé à la « Nouvelle sculpture anglaise1 », tandis qu’il choisit de vivre en Allemagne dès 1978 pour enseigner à la Kunstakademie de Düsseldorf.
En réaction à une société de production de masse, la démarche de Tony Cragg consiste à accumuler et à récupérer des objets usagés et des rebuts industriels qu’il réemploie afin de les transformer par étapes successives (Four Plates [Quatre assiettes], 1976). Son matériau de prédilection, le plastique, le conduit à des compositions figuratives, sortes de mosaïques murales multicolores proches de puzzles issus des restes d’objets manufacturés.

Les sculptures de Tony Cragg favorisent un questionnement sur les rapports d’échelle : leurs dimensions peuvent être gigantesques ou au contraire très réduites. Ces jeux sur le volume dans l’espace peuvent interpeller le spectateur quant à son rapport aux objets, à notre civilisation et ses modes de production. Ainsi, Menschenmenge [Foule] (1984) est une immense frise mettant en scène une trentaine de personnages colorés, dont le gigantisme (2 m x 13 m) fait écho à la masse monumentale des débris, des restes, de la société de consommation.
Dans les années 1980, Tony Cragg abandonne la stricte horizontalité de ses compositions murales pour des empilements et des œuvres présentées au sol. Il s’intéresse à d’autres matériaux, comme la pierre, le métal ou le bois, et revient également au dessin.
Il cherche désormais à se rapprocher de formes plus organiques (Making Sense [Faire sens], 2007), en écho à sa réflexion : « comment faire en sorte que cette surface semble vivante, qu'elle dégage sa propre énergie ? »2.

La collection

Tony Cragg

Factory Fantasies I

1981

La collection

Tony Cragg

The Stack

1981

La collection

Tony Cragg

Baby

1981

Éditions

Présentation (œuvres du FRAC Rhône-Alpes) & Propositions

1988

FRAC Rhônes-Alpes, Lyon
Éditions

L'inventaire

1988

FRAC Rhône-Alpes
Éditions

Jean Louis Maubant

Découpage/Collage : à propos de Tony Cragg

1982

Le Nouveau Musée
La collection

Tony Cragg

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Tony Cragg ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/77_tony-cragg
imprimé le 18 décembre 2017 [00:38] depuis l'adresse IP : 54.163.61.66
© Institut d’art contemporain 2017