Sol LeWitt

Né en 1928 à Hartford (Connecticut, États-Unis)
Décédé en 2007 à New York (État de New York, États-Unis)

Artiste américain minimaliste et conceptuel, Sol LeWitt est devenu l’un des plus influents de sa génération. Ses œuvres sont dans les collections les plus prestigieuses dans le monde entier. En 2008, Sol LeWitt : A Wall Drawing Retrospective a été présentée au MASS MOCA (Massachusetts Museum of Contemporary Art), rétrospective réalisée par la Yak University Art Gallery (Connecticut) en collaboration avec l’artiste avant son décès en 2007. Le Centre Pompidou – Metz a présenté en 2013 une rétrospective des Wall Drawings d’une envergure sans précédent en Europe.
Après des études d’art à l’université de Syracuse (État de New York), puis à la Cartoonists and Illustrators School (aujourd’hui : School of Visual Arts) à New York, Sol LeWitt devient l’assistant de l’architecte Ieoh Ming Pei. Cette expérience l’aide à percevoir la prédominance d’un projet par rapport à sa réalisation concrète. Les premières œuvres qu’il réalise vers 1962 sont encore des tableaux. Mais ceux-ci sont déjà en relief, structurés par des lettres et des surfaces géométriques : une préfiguration du langage minimal et d’une certaine conception sémiologique des formes qu’il va développer par la suite. Ce vocabulaire élémentaire est dicté par la conviction que « l’utilisation de formes complexes n’aboutit qu’à la perturbation de l’unité de l’ensemble ».

En 1965, pour la première fois, Sol LeWitt expose à New York ses structures modulaires. Figures majeures de l’art minimal, les structures modulaires en émail blanc de Sol LeWitt sont composées d’éléments primaires, le carré et le parallélépipède, qui s’assemblent. Chacune d’entre elles est la transposition matérielle d’un concept générateur. Les combinaisons s’agencent selon des procédures plus ou moins complexes fondées sur la progression, la permutation ou l’inversion des modules. L’objectif n’est pas d’élaborer un espace de perception, au sens classique du terme, mais de projeter sur un territoire donné un système d’organisation formel prédéterminé.
L’année suivante, en 1966, Sol LeWitt participe à Primary Structures, la célèbre exposition du Jewish Museum qui rassemble les artistes de la scène minimale. Entre 1967 et 1969, il rédige ses deux textes fondamentaux, Paragraphs on Conceptual Art et Sentences on Conceptual Art, dans lesquels il explique que l’œuvre ne doit être qu’une illustration de l’idée. Pourtant, si la réalisation matérielle des modèles théoriques de Sol LeWitt peut apparaître secondaire, il y a toujours la nécessité d’une traduction visuelle. En cela, sa démarche relève bien d’une pratique minimale induisant la confrontation du spectateur avec l’œuvre matérielle. Reste que le projet se dissocie de sa réalisation – l’artiste, d’ailleurs, la confie volontiers à des exécutants ; l’œuvre se réduit parfois à un simple texte décrivant les opérations nécessaires à son élaboration. C’est le cas, par exemple, des Wall Drawings qu’il conçoit à partir de 1968 : des dessins muraux de couleurs primaires, réalisés au graphite, dont la composition découle de la répétition d’un motif géométrique.

The collection

Sol LeWitt

Serial Project n°1 (ABCD) A4

1966

Editions

L’envers du décor, Dimensions décoratives dans l’art du XXe siècle

1998

Musée d'art moderne de Lille Métropole, Villeneuve d'Ascq
Editions

Le Bel Aujourd’hui : œuvres d’une collection privée

1998

Le Nouveau Musée/Institut - FRAC Rhône-Alpes
Editions

L'inventaire

1988

FRAC Rhône-Alpes
The collection

Sol LeWitt

→ consult the works
from the collection online
IAC → Sol LeWitt ← Artists
i-ac.eu/en/artists/236_sol-lewitt
printed on July 21, 2019 [16:54] from IP address : 54.242.193.41
© Institut d’art contemporain 2019