Laboratoire espace cerveau - Station (1)0

Vers un monde cosmomorphe

du  au 
Le Laboratoire espace cerveau, initié en 2009 par l’artiste Ann Veronica Janssens et Nathalie Ergino, directrice de l’IAC, explore les recherches pratiques et théoriques permettant de lier espace, temps, corps et cerveau. Au regard des récentes avancées scientifiques (neurosciences, astrophysique, anthropologie…), ainsi que des pratiques réévaluées de l’hypnose, de la télépathie, du chamanisme et de l’animisme, le Laboratoire espace cerveau, propose, à partir du champ des expérimentations artistiques, de rassembler chercheurs et artistes, avec l’intuition comme moteur, les imaginaires partagés comme fondement et l’échange collectif comme mode opératoire.

Transdisciplinaire, le laboratoire se développe en étapes, sous formes de stations. Unités d’exploration, ces stations sont constituées de journées d’études, de conférences, d’oeuvres à l’étude, qu’elles se déroulent in situ, ou ex situ, comme au Centre Pompidou-Metz en 2012.
À DÉCOUVRIR
NOUVEAU SITE LABORATOIRE ESPACE CERVEAU
www.laboratoireespacecerveau.eu


Participants
Depuis 2009
Élisa Brune, écrivain (romancière, essayiste) et journaliste scientifique
Denis Cerclet, anthropologue, maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2
Arnauld Pierre, historien de l’art, professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne
Jean-Louis Poitevin, docteur en philosophie, écrivain et critique d’art
Depuis 2016
Les artistes : Clarissa Baumann ; Benjamin Blaquart ; Groupe FRAME (Alys Demeure, Jérôme Grivel, Héloise Lauraire, Sandra Lorenzi, Stéphanie Raimondi) ; Célia Gondol ; Lola Gonzàlez ; Linda Sanchez ; Vahan Soghomonian ; Mengzhi Zheng

journées d'Étude vendredi 4 novembre (14h-18h) & samedi 5 novembre 2016 (10h-13h)
→ Avec les chercheurs :
Camille 
Chenais, coordinatrice des projets à Bétonsalon - Centre d'art et de recherche
Didier Debaise, docteur en philosophie, chercheur au FNRS et professeur de philosophie contemporaine à l’Université Libre de Bruxelles
Philippe Eydieu, co-coordinateur de la recherche à l'École supérieure d'art de Clermont Métropole
Duc Tran Minh, artiste en résidence au sein de l’Académie vivante, laboratoire de recherche expérimental (collaboration entre le CNRS / Université Paris-Diderot et Bétonsalon - Centre d'art et de recherche)
Pierre Montebello, philosophe, professeur de Philosophie moderne et contemporaine à l’Université de Toulouse
Thierry Mouillé, artiste, coordinateur du Laboratoire des intuitions, professeur à l’École supérieure d’art de Tours
Cyrille Noirjean, directeur de l’URDLA (centre international estampe & livre), psychanaliste (memebre de l'ALI).
Gyan Panchal, artiste, commissaire d’expositions et chercheur associé à l’École supérieure d’art de Clermont Métropole
Pascal Pique, commissaire d’exposition et fondateur du Musée de l’invisible
Alexandre Wajnberg, journaliste scientifique à la RTBF (Journal parlé de Radio Une) de Bruxelles


Œuvres à l'étude
→ Clarissa Baumann, Hicham Berrada, Benjamin Blaquart, Michel Blazy, James Lee Byars, Gilles Clément, Walter De Maria, Tony Di Napoli, Hubert Duprat, FRAME, Hamish Fulton, Célia Gondol, Lola Gonzàlez, Jérôme Grivel, Pierre Huyghe, Joan Jonas, Barbara et Michael Leisgen, Antti Lovag, Helen Mirra, Matt Mullican, Otobong Nkanga, Katie Paterson, Abraham Poincheval, Evariste Richer, Linda Sanchez, Vahan Soghomonian & Tomi Yard, TAKIS, Charwei Tsai, James Turrell, Maarten Vanden Eynde, Mengzhi Zheng

un nouveau cycle / vers un monde cosmomorphe
Depuis 2009, le laboratoire offre des approches multiples et renouvelées sur l’espace même et comme possible extension de l’oeil, du cerveau, du corps. Ce sont principalement les mécanismes de la perception qui ont jusque-là été étudiés, qu’il s’agisse de spatialisation, de perte des repères, ou d’états modifiés de la conscience. Des redéfinitions de notre relation à l’espace, des modalités d’expériences sensibles du monde se sont dégagées.
Aujourd’hui, c’est par un « passage », celui de la perception à la fusion, de l’immersion à l’osmose, que le Laboratoire espace cerveau ouvre à partir de la station (1)0, un nouveau cycle de recherche afin d’envisager les interrelations d l’homme et de son environnement au sens large, vers un monde cosmomorphe.

À partir de la Station (1)0, le Laboratoire espace cerveau entame un nouveau cycle et étend son champ d’exploration aux liens organiques qui unissent l’humain au cosmos. Les questions que soulève l’Anthropocène poussent l’homme à prendre acte de sa place relative dans la chaîne du vivant. Les bouleversements biologiques, géologiques, climatiques désormais manifestes, ainsi que les récentes recherches scientifiques, nous obligent à recomposer un monde humain et non-humain. Face à cette prise de conscience croissante, notre rapport au monde connaît une évolution fondamentale : les principes dualistes de l’approche occidentale séparant l’homme de la nature, opposant matière et esprit, laissent place à un modèle cosmologique, une vision du monde non plus anthropomorphe mais « cosmomorphe ».Les récentes découvertes scientifiques, en neurosciences, en astrophysique, en biologie, en géologie, nous mènent à une redéfinition des limites entre corps, espace, temps et cerveau et à une expérience « étendue » de l’environnement, entre infiniment grand et infiniment petit. Les nouvelles perspectives apportées par les chercheurs réinvestissent ainsi les liens qui nous unissent à la Terre, retissent les fils entre matière et vie, et inscrivent l’humain dans l’ordre du cosmos. Aux expériences de « perception élargie » suivent celles, plus intenses encore, d’une fusion vitale avec les éléments et une aspiration à ne faire qu’un avec l’univers.

Dans l’élan de nouvelles recherches sur le vivant, telles que l’épigénétique, où l’impact de l’environnement est mesuré dans le génome sur plusieurs générations, ou l’astrobiologie, qui recherche du commun entre Mars et la Terre à l’échelle de l'infiniment petit, il s’agit de penser en terme de coexistence et de lien dynamique.
De cette approche relationnelle, transitive, se dégagent les notions fondamentales de milieu, de passage, de mouvance. Sur le mode des conceptions orientales, dénué de tout clivage, émerge une appréhension unifiée du cosmos.
IAC → EXPOSITIONS → in situ → Laboratoire espace cerveau - Station (1)0
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2016/378_LABORATOIRE-ESPACE-CERVEAU-STATION-1-0-VERS-UN-MONDE-COSMOMORPHE
imprimé le 22 septembre 2017 [20:53] depuis l'adresse IP : 54.156.58.187
© Institut d’art contemporain 2017