Michel François

Né en 1956 à Saint-Trond (Belgique)
Vit et travaille à Bruxelles (Belgique)

Depuis le début de sa carrière d'artiste, au début des années 1980, Michel François a exposé son travail sur plusieurs continents : dans toute l'Europe, aux États-Unis (New York, Los Angeles, San Antonio), au Mexique, au Brésil, et au Japon. La reconnaissance internationale de cet artiste, qui vit et travaille à Bruxelles, sa ville d'origine, fut également consacrée par sa participation à deux événements essentiels de l'art contemporain, la documenta 9 de Cassel en 1992 et la 48e Biennale de Venise, sept ans plus tard, où il représentait son pays aux côtés de l'artiste belge Ann Veronica Janssens. En 2009, Plans d'évasion, organisée par le S.M.A.K de Gent et l'Institut d'art contemporain, Villeurbanne/Rhône-Alpes, fut l'occasion, pour la première fois, de monter une exposition monographique et rétrospective de l'artiste, intervenant à un moment-clé de sa carrière.

L'exhaustivité de cette exposition, ainsi que la lecture du catalogue publié à cette occasion, rendent compte de la profusion et la richesse de l'œuvre de Michel François, deux caractéristiques perceptibles à travers la diversité des matériaux, des formes et des thèmes abordés. L'artiste « manipule » un grand nombre de médiums – la photographie, l'installation, la sculpture, la performance, la vidéo – et joue de toutes les matières – naturelles (pissenlits, cactus, éponges, eau, etc.) comme artificielles (journaux, verre, murs de briques, encre, etc.). Si elle caractérise l'œuvre, cette « absence de style chez Michel François », n'est pourtant pas un point faible, tout au contraire. Il s'établit, au-delà de la singularité des pièces, un réseau de correspondances, d'échos et d'analogies qui font la cohérence de son œuvre : « Un réseau subliminal de motifs et de valeurs qui ne peut s'appréhender que dans la confrontation des œuvres dans l'espace.» L'évocation de l'univers carcéral se décline par exemple de manière très explicite dans le plan d'une cellule tracé au sol (TBS, Plan de Cellule, 2009), puis de manière moins explicite, mais immédiatement perceptible, dans un cube de verre aux parois violemment brisées (Pièce à Conviction, Pavillon brisé, 2009).

Michel François est donc un artiste sans contraintes, hormis celle de privilégier une approche toujours sensuelle de l'art, qui passe par la jouissance des matières et l'expressivité de la sculpture. « Je me suis dit que la sculpture était un moyen terme entre la danse et la peinture », explique-t-il dans un monologue recueilli par Jean-Paul Jacquet. La sculpture a donc ici une fonction figurative, comme dans les Scribbles, où les griffonnages deviennent de « gigantesques monuments à la rature ». Elle a également une fonction dynamique, comme dans Passage d'eau (2000), où l'élément représenté devient un fil ininterrompu et transparent, tendu entre le plafond et le sol.
L’univers de Michel François se révèle incroyablement vivant et familier. Vivant, car les œuvres ne cessent de figurer la dynamique de matières en transformation – de l'encre qui fond, une vitre qui se brise. Familier, car les œuvres rappellent un monde minéral et végétal qui nous est proche : « on doit bien reconnaître que c'est un projet, celui d'un musée envahi par du vivant qui se développe. »

La collection

Michel François

Scribble

2008

La collection

Michel François

Walk Through a Line of Neon Lights

2004-2009

La collection

Michel François

Déjà Vu (Hallu)

2003

La collection

Michel François

Mur à l’emporte-pièce

1999-2010

La collection

Michel François

Passage d’eau

1998

Éditions

Michel François

Plans d'évasion

2010

Roma Publications, Amsterdam
ex situ
Rendez-vous satellite Éditions

Catalogue Michel François – Plans d’Évasion

2010

Multiples des Amis

Michel François

Blancs

2011

La collection

Michel François

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Michel François ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/94_michel-francois
imprimé le 17 octobre 2017 [17:01] depuis l'adresse IP : 54.166.199.178
© Institut d’art contemporain 2017