Patte d'ours dans le paysage

La Collection IAC

du  au 

La Fabrique des Colombes Sainte Colombe-sur-Gand

© Ulla von Brandenburg Crédit photographique : Blaise Adilon

Ulla von Brandenburg, Wagon Wheel, Bear Paw, Drunkard’s Path, Flying Geese, Log Cabin, Monkey Wrench, Tubling Blocks (Roue de Chariot, Patte d’ours, Chemin de l’Ivrogne, Vol d’oies, Cabane de rondins, Clé à molette, Cubes), 2009
Collection IAC, Villeurbanne

© Ulla von Brandenburg Crédit photographique : Blaise Adilon

Le projet à la Fabrique des Colombes s’inscrit dans la volonté de l’IAC d’accompagner les territoires autant avec la présentation d’œuvres de sa collection que par le développement de résidences d’artistes. Des formations d’initiative locale visant à accompagner les projets d’établissements scolaires au plus près des enseignants seront également proposées en partenariat avec la Délégation académique aux arts et à la culture.

Cette mission « naturelle » depuis les 40 années d’existence de l’IAC, est aujourd’hui repensée, plaçant en son centre un partenariat avec une structure culturelle, patrimoniale, associative ou autre, d’initiative publique ou privée qui irrigue ainsi son propre territoire à destination d’un public de tous âges, individuel et scolaire.

Au premier semestre 2018, un projet expérimental est mis en place en partenariat avec La Fabrique des Colombes dont la première étape ; « Collection », a lieu en avril 2018 et se poursuivra jusqu’au printemps 2019 avec des œuvres en milieu scolaire et la mise en place d’une résidence d’un artiste plasticien en partenariat avec La Fabrique des Colombes.
Orienté sur la notion de paysage, le projet est en connexion avec cette partie du Roannais - Les Montagnes du Matin - et notamment avec la commande artistique sur la RN82 - Basculeurs universels du sculpteur Marc Chopy.
Le projet s’inscrit d’une manière générale dans le projet d’Observatoire de la Nature qui a débuté à Sainte-Colombe-sur-Gand, dans le cadre de l’étude d’aménagement global, avec l’objectif de valoriser les secteurs classés « environnements naturels remarquables » et de leur associer un développement de tourisme vert, adapté à leur préservation. Il est l’initiative du Réseau Natura 2000 « Chiroptères des Montagnes du Matin ».

Avec l’exposition Patte d’ours dans le paysage, il est ainsi question de recréer un paysage de signes, réels ou métaphoriques, à partir de l’œuvre Wagon Wheel [Roue de chariot] d’Ulla Von Brandenburg, véritable labyrinthe de quilts qui nous ramène au 19e siècle et dont le patchwork rappelle la codification secrète servant à la fuite des esclaves noirs américains. À la charnière entre les accessoires de théâtre et l’installation sculpturale, un des « quilts » a donné le titre de l’exposition : « Patte d’ours » (Suivez la piste de l’ours, elle indique la voie à travers la montagne et permet de trouver l’eau) dans le paysage.

Dans cette première exposition avec la Collection IAC, il était aussi important de faire le lien avec l’industrie textile dont l’Usine Romagny fut un des hauts lieux dans le Roannais.

Le Parcours de l'exposition 
L’exposition invite tout d’abord à se perdre dans un paysage de quilts colorés, puis à se retrouver face aux montagnes australiennes et suggestives, Les Olgas de Sigmar Polke, ou bien celles plus austères de Hamish Fulton. Ce grand artiste marcheur qui a fait de ses propres marches de véritables moments artistiques, restitués par des photographies noir & blanc qui précisent le lieu du cliché, comme ici avec ce diptyque Kutenai, deux marches dans les Rocheuses de l’Alberta, 74 et 70 miles, Canada, Eté 1976.
L’artiste photographe Patrick Tosani, utilise le graphisme de la pluie qui tombe pour parler du temps qui passe. De la série Écritures de pluie, ces photographies sont des paysages écrits, signes avérés de la mesure du temps.
Avec les dessins d’Elmar Trenkwalder, le monde intérieur et le monde extérieur sont entremêlés pour une perception brouillonne du paysage, laissant le visiteur faire la netteté, ou rester dans le flou de la végétation.

Enfin les trois photographies carrées de la série Évolution probable dans le temps de Bernard Faucon, intitulées La Tribune, La Fête dans l’île et Les Ballons, le paysage réel du Luberon est mis en scène avec des procédés artificiels : fumée, ballon de baudruche, guirlandes…

Dans cette exposition conçue comme un jeu de pistes, les « rideaux de scène » d’Ulla Von Brandenburg, en plus de leur charge symbolique sur la condition humaine, nous guident à la rencontre d’œuvres photographiques et graphiques, qui s’emparent d’authentiques signatures du paysage lui-même, avec la contribution de la patte de l’ours, comme si le visiteur suivait ses traces et son flair…
IAC → EXPOSITIONS → ex situ → La collection → En Auvergne-Rhône-Alpes → Patte d'ours dans le paysage
i-ac.eu/fr/expositions/27_en-auvergne-rhone-alpes/2018/466_PATTE-D-OURS-DANS-LE-PAYSAGE
imprimé le 16 juillet 2018 [18:08] depuis l'adresse IP : 23.20.223.212
© Institut d’art contemporain 2018