Laurent Montaron

Helena

2011

Série de 5 photographies
C-print, 19,5 x 24 cm
Editions limitées à 6 exemplaires de chaque photographie + 4 épreuves d'artiste et produites par les Amis de l'Institut d'art contemporain.

Prix public : 450 euros le tirage
Prix Amis : 295 euros le tirage

Épuisé

Les cinq clichés qui composent la série Helena ont été pris dans la ville éponyme, dans l’état de l’Arkansas aux Etats-Unis.

L’amplitude des espaces qui y sont représentés, tout en profondeur, les plafonds à caissons, les vieux parquets cirés, le mobilier d’un autre âge et les quelques ventilateurs paraissent suffisants pour évoquer le mythique sud américain : celui de la moitié du XXe siècle, qui nous est parvenu à travers le cinéma et la musique blues. Pourtant quelques éléments de plastique (bâches, fils électriques, caisses, rouleaux de scotch…) viennent former autant d’indices d’une activité récente et replacent les photographies dans le présent. Ce qui pourrait apparaître au premier coup d’œil comme un décor se révèle en réalité un lieu de vie désaffecté, en proie aux ravages du temps. Un lieu dont l’âge de même que la fonction restent indéterminés.

En indiquant par son titre le lieu de sa prise de vue, Laurent Montaron place son œuvre dans un écheveau de significations que l’image seule ne suffirait à invoquer. Située sur le Mississipi, à quelques kilomètres au sud de Memphis, Helena est célèbre pour la bataille sanglante qui s’y tint le 4 juillet 1863 pendant la guerre de Sécession. La ville a également constitué un point de passage de la « piste des larmes », la grande déportation des amérindiens entre 1831 et 1838. Devenue relativement prospère au milieu du vingtième siècle, elle est aujourd’hui l’une des villes les plus pauvres des Etats-Unis entraînant un exil important de sa population. Les photographies témoignent de ces lieux habités par une histoire mythique et désormais laissés à l’abandon.

Comme souvent chez Laurent Montaron, le caractère énigmatique et silencieux de l’image se double d’une puissance imaginaire lorsque l’histoire bruyante du lieu est évoquée.

→ Laurent Montaron

© Laurent Montaron

Laurent Montaron, Helena (A), 2011 © Laurent Montaron

© Laurent Montaron

Laurent Montaron, Helena (B), 2011 © Laurent Montaron

© Laurent Montaron

Laurent Montaron, Helena (C)​, 2011 © Laurent Montaron

© Laurent Montaron

Laurent Montaron, Helena (D)​, 2011 © Laurent Montaron

© Laurent Montaron

Laurent Montaron, Helena (E)​, 2011 © Laurent Montaron

IAC → EDITION → Multiples → Laurent Montaron, Helena
i-ac.eu/en/multiples/1_helena-LAURENT-MONTARON
printed on July 15, 2019 [23:55] from IP address : 54.92.148.165
© Institut d’art contemporain 2019