Nicolas Muller

Hungria : Afilando guadana

1935

Tirage sur papier baryté au gélatino-argentique
29,5 x 23,3 cm 

Dans les années 30, les photographies de Nicolás Muller sont centrées sur le monde rural hongrois. Alors qu’il est encore étudiant, il voyage intensivement en Hongrie en train, à pied ou à bicyclette, et capte des épisodes de la vie rurale. Dès cette époque, l’artiste élabore ce qui constitue le centre d’intérêt principal de son travail : représenter la vie des gens qui l’entourent, dans une perspective sociale et engagée. « J’ai appris que la photographie peut être une arme, un document authentique de la réalité. […] Je suis devenu une personne et un photographe engagé ». Cette photographie de 1935 montre un paysan de dos, appuyé sur la faux qu’il vient d’aiguiser. Muller nous donne à voir le dénuement dans lequel vit cet homme à travers sa chemise déchirée et rapiécée, mais le présente sous un point de vue inhabituel. Ce faisant, le cliché évite l’écueil du misérabilisme pour se concentrer sur la verticalité et la dignité de son sujet, dont le regard à l’horizon traduit une note d’espoir.

→ Nicolas Muller

Yves Bresson/Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole © droits réservés

Nicolás Müller, Hungria : Afilando guadana, 1935 Yves Bresson/Musée d'art moderne et contemporain de Saint-Étienne Métropole © droits réservés

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Nicolas Muller, Hungria : Afilando guadana
i-ac.eu/en/collection/550_hungria-afilando-guadana-NICOLAS-MULLER-1935
printed on July 17, 2019 [10:54] from IP address : 3.92.28.84
© Institut d’art contemporain 2019