Niek Van de Steeg

Né en 1961 à Renkum (Pays-Bas)
Vit et travaille à Villeurbanne (France)

D’origine hollandaise, l’artiste Niek Van de Steeg est aujourd’hui installé à Villeurbanne. Dès 1990, il s’intéresse au rapport entre l’art et la société, à travers un travail sur l’architecture et l’urbanisme qui explore la notion d’utopie. Attaché aux différentes occurrences dans l’histoire de l’art récent de la pensée et de la représentation d’un « autre monde possible », l’artiste emprunte les matériaux et les méthodes des architectes et urbanistes pour mettre en forme des projets qui prennent leurs racines dans la fiction.
La relation de l’utopie avec la société constitue son principal axe de recherche. Dans une logique documentaire, il se penche sur le cas de différents « sites » urbains à l’abandon ou restant à inventer : le Marché Commun de l’Europe des Douze, les usines Renault abandonnées de l’Île Seguin, le jardin de la Villa Médicis, le Centre d’Information à l’entrée d’un Kibboutz à Eïn Harod, une palissade de chantier à Paris, un Parc régional d'activités économiques en Languedoc-Roussillon, etc. À partir de l’analyse de ces sites et des problématiques sociales, urbaines, économiques et politiques qui y sont liées, Niek Van de Steeg déploie de vastes constructions fictionnelles qui peuvent donner lieu à plusieurs œuvres ou plusieurs expositions : le Pavillon à Vent (1992), la Très Grande Administration Démocratique (1993), les Structures de Correction (2000), la Maison de la Matière Première (2012). «Ces projets polysémiques se déploient en formes et médiums variés, utilisés de manière paradoxale, dialectique, confrontant ce qui est et ce qui pourrait être à la troublante réalité du système administratif, politique, industriel, commercial mondial1... ».

L’échec des solutions plus ou moins utopiques que ces œuvres mettent en place est une manière pour l’artiste d’exercer un rôle de contre-pouvoir : en employant les moyens de communication et de représentation de ceux qui détiennent le pouvoir, Niek Van de Steeg affirme sa volonté de sortir d’une position passive, pour prendre activement part au débat sur les lieux de notre société.

The collection

Niek Van de Steeg

Le pavillon à vent (cour centrale)

1992

The collection

Niek Van de Steeg

Le pavillon à vent (dans son site)

1992

The collection

Niek Van de Steeg

Le pavillon à vent présente l'exposition : Le manège des douze +

1992

Editions

Jean-Bernard Pouy

Les Douze du Manège

1993

Le Nouveau Musée/Institut
The collection

Niek Van de Steeg

→ consult the works
from the collection online
IAC → Niek Van de Steeg ← Artists
i-ac.eu/en/artists/626_niek-van-de-steeg
printed on July 21, 2019 [17:32] from IP address : 54.242.193.41
© Institut d’art contemporain 2019