Jan Groover

Née en 1943 à Plainfield (New Jersey, États-Unis)
Décédée en 2012 à Montpon-Ménestérol (France)

Jan Groover est considérée comme l'une des plus grandes photographes américaines, particulièrement connue pour ses compositions de natures mortes. Elle étudie la peinture au Pratt Institute de New York, dont elle sort diplômée en 1965. Après un master à l'Université de l'Ohio, elle enseigne à l'Université de Hartford, Connecticut. C'est à cette époque qu'elle abandonne l'abstraction minimaliste picturale qu'elle pratiquait alors, au profit de la photographie. Présente dans de nombreuses collections publiques à travers le monde, son œuvre a fait l'objet d'une grande rétrospective au MoMA de New York en 1987 et plus récemment au Musée de l’Élysée à Lausanne, Suisse (2019).

Les photographies de Jan Groover du début des années 70 donnent à voir des environnements extérieurs, séquencés en polyptyques par un déplacement spatial multipliant les points de vue (Untitled, 1976) ou bien cinétique, comme le passage de différentes voitures au même endroit (Untitled, 1974). Plus que le sujet, c'est l'aspect plastique, expérimental, de l'image qui intéresse la photographe. Jan Groover s'écarte ainsi d'emblée d'une certaine tradition américaine documentaire, pour privilégier une approche purement formelle, voire formaliste, plus proche de la photographie européenne moderniste. Au tournant des années 80, elle commence à réaliser des  photographies de natures mortes dans sa cuisine qui lui permettent de renouer avec une démarche picturale, inspirée notamment par Giorgio Morandi. Un amoncellement d'ustensiles dans un évier en inox devient  prétexte à des expérimentations d'échelles, de brillances et de reflets (Untitled, 1979) ; des figurines d'animaux côtoient des fruits, des objets géométriques et de fausses antiquités sur une planche à découper ; une feuille chatoyante de ficus répond à l'éclat glacé d'une pelle à tarte (Untitled (KSL 58.3), 1978).
Les mises en scène de Jan Groover rappellent celles d'une autre grande photographe du XXe siècle, Florence Henri, dont les compositions géométriques, structurées par des jeux de miroirs et des ruptures de plan frisent l'abstraction, tout en utilisant des éléments du quotidien. De la même manière, Groover construit des images étranges,  indéchiffrables, notamment grâce à une mise au point perpendiculaire au plan de l'image, ce qui crée une zone de netteté non pas horizontale comme c'est traditionnellement le cas, mais verticale, voire oblique. Cette technique, avec le tirage au platine et palladium, permet de brouiller la référence au réel en faisant basculer le regard dans un espace sans dimension.

The collection

Jan Groover

Sans titre (n° 629)

1981

The collection

Jan Groover

→ consult the works
from the collection online
IAC → Jan Groover ← Artists
i-ac.eu/en/artists/470_jan-groover
printed on October 15, 2019 [10:59] from IP address : 3.94.202.6
© Institut d’art contemporain 2019