Nina Canell

Née en 1979 à Växjö (Suède)
Vit et travaille à Berlin (Allemagne)

Artiste suédoise vivant et travaillant désormais à Berlin, Nina Canell possède une pratique intimement liée aux matériaux, aussi bien leurs propriétés physiques propres que leur charge métaphorique, qu’elle manipule et dispose au sein de ses installations, objets et vidéos. Minimal et élégant, son travail sculptural est fréquemment le fruit de collaborations avec l’artiste Robin Watkins. Son œuvre a été notamment exposée au Moderna Museet de Stockholm, au Camden Arts Center de Londres, au SMAK de Gand ainsi que lors de la 13e édition de la Biennale de Lyon en 2016.

Après avoir grandi en Suède, Nina Canell fait ses études à l'Institut d'art, de design et de technologie Dún Laoghaire à Dublin dont elle sort diplômée en 2005. Perpetuum Mobile (40 kg), datée de 2009, est une des premières œuvres ayant participé au rayonnement international de Nina Canell et met déjà en tension différents états de la matière. Dans une marmite métallique où a été versée de l’eau, un émetteur d’ultrasons génère des nuages de vapeurs. À son côté, un sac de ciment (ici de 40 kg, le poids variant selon les expositions) est posé, celui-ci se solidifiant peu à peu au cours du temps de l’exposition, au contact de la vapeur d’eau.
Entamée à partir de 2014 et désormais emblématique de son travail, la série des Brief Syllable met à nu ce qui véhicule et transporte l’information dans nos sociétés contemporaines, à savoir ces câbles souterrains ou sous-marins que l’on ne voit jamais. Souvent disposés sur un socle en béton (Brief Syllable, 2014) ou sur une tige de métal (Brief Syllable (Tripled), 2018), telles des reliques, ces câbles sectionnés laissent désormais entrevoir leur composition interne et leur étrange beauté, tout en nous laissant songeur quant à la quantité d’énergie qui les ont parcourus.

Dans la même idée, la série des Shedding Sheaths (2015) se compose de gaines de fibres optiques compressées et transformées par la chaleur, que l’artiste a disposées à même le sol telles des formes molles et inertes. C’est souvent en observant dans son atelier les propriétés naturelles d’une matière ou d’un matériau que l’artiste décide d’orienter son travail. C’est le cas avec la série des Gum Shelf (2017). L’artiste dispose un bloc de gomme naturelle de couleur rose (celle des chewing-gums) sur une étagère métallique qui, sous l’effet de la gravité, va inévitablement s’affaisser au cours de l’exposition selon un processus très lent. Parfois qualifié d’« d’anthropologie de l’énergie » et fortement relié aux sujets qui traversent le monde contemporain, le travail de Nina Canell semble vouloir en rendre apparents les flux invisibles.

Editions

Le Temps de l'audace et de l'engagement - De leur temps (5) -

2016

SilvanaEditoriale, Milan
The collection

Nina Canell

→ consult the works
from the collection online
IAC → Nina Canell ← Artists
i-ac.eu/en/artists/1468_nina-canell
printed on January 23, 2022 [00:42] from IP address : 3.85.80.239
© Institut d’art contemporain 2022