Tarek Lakhrissi

Betraying Family

2021

Acier et chaîne d’acier
42 x 68 x 4 cm (sans la chaîne)
Unique

L’œuvre appartient à une série de « trahisons » présentée sous le titre de
« Perfume of Traitors » [Le parfum des traîtres] : un ensemble de sculptures aiguës en acier, oscillant entre l'arme et le signe, suspendues au plafond par des chaînes. Betraying Family [Trahir la famille] évoque une lame tranchante se repliant sur elle-même, comme un serpent ou un fœtus. Cette torsion vise à neutraliser la menace, tout en la gardant virtuellement active.
Associé à la forme de l’œuvre, le titre crée une sorte de poème visuel ; il exprime lui-même une ambivalence : s'agit-il de trahir la famille, en tant qu'outil d'oppression normative (que l'on songe au slogan vichyste « Travail, famille, patrie ») ou de trahir sa famille, en dépit de l'amour et en raison même de cet amour ? Tarek Lakhrissi parle des communautés queer éphémères qu'il a pu former avec d'autres comme autant de familles électives ; mais il dit aussi ressentir le besoin de sortir de la communauté pour « trouver des ressources au-dehors1 ». Tel est peut-être le sens de Betraying Community [Trahir la communauté], qui appartient à la même série. Ces œuvres rendent explicitement hommage au poète et écrivain Jean Genet, qui a une place importante dans la filiation intellectuelle de l'artiste. « Les trois sujets : langue, amour et trahison, ont toujours été au cœur de l'œuvre de Genet. […] Trahir c'est, pour Genet, aimer à l'énième puissance2 ».

→ Tarek Lakhrissi

Courtesy Vitrine Gallery

Tarek Lakhrissi, Betraying Family, 2021 Courtesy Vitrine Gallery © ADAGP

Courtesy Vitrine Gallery

Tarek Lakhrissi, Betraying Family, 2021 Courtesy Vitrine Gallery © ADAGP

Courtesy Vitrine Gallery

Tarek Lakhrissi, Betraying Family, 2021 (détail) Courtesy Vitrine Gallery © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Tarek Lakhrissi, Betraying Family
i-ac.eu/fr/collection/806_betraying-family-TAREK-LAKHRISSI-2021
imprimé le 14 avril 2024 [07:28] depuis l'adresse IP : 44.201.97.0
© Institut d’art contemporain 2024