La Fabrique du Nous #1

Quels territoires ?

du  au 
À l’occasion de Villeurbanne 2022 Capitale française de la culture, IAC, URDLA et leurs voisins (La Ferme des artisans, Les maisons Castors, La Résidence Gustave-Prost, Le Rize) présentent une nouvelle édition de La Fabrique du Nous.
Invitation aux habitantes et aux habitants, cette manifestation propose de s’approprier l’art comme moyen de (re)créer du lien de proximité.
La nécessité de mettre en partage nos questions, nos doutes et aussi nos émotions, se fait aujourd’hui manifeste. Aussi, par sa dimension sensible et la puissance de ses imaginaires, l’art peut contribuer à fabriquer ce nous. Disséminées dans la ville sous diverses formes (ateliers, marches, lectures...), les fabriques imaginées par les artistes avec les habitants, sont ici autant de moments d’échanges et de convivialité que de réalisations collectives.
En deux temps, La Fabrique du Nous #1 nous conduit, à travers Quels territoires ?, à interroger « là où nous sommes » et comment habiter ce territoire qui nous constitue pour ensuite, avec, Des voix traversées, étendre nos liens et peut-être inventer de nouvelles pratiques artistiques, de nouvelles manières de faire en commun.

La Fabrique du Nous #1 SE DÉPLOIE AUTOUR DE : 

→ Les Habitants et les habitantes & Les jeunes générations
Au Lycée Pierre-Brossolette avec les œuvres de la Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes
Au Collège Simone-Lagrange avec les œuvres de la Collection IAC, Villeurbanne/Rhône-Alpes

→ Avec Les Fabriques
Fabrique Art & Architecture autour du projet de Lara Almarcegui et des Maisons Castors
Exploration par la marche avec Cyril Bron
Fabrique Art & Sciences avec Pauline Julier
Fabrique avec l'artiste Irene Kopelman
Marche collective avec Maxime Lamarche
Atelier collectif avec les artistes Cynthia Montier & Ophélie Naessens et Rencontre avec les artistes Cynthia Montier & Ophélie Naessens
Marche collective avec l'activation de l'œuvre Divisor de l'artiste Lygia Pape
Fabrique par l'écriture collective avec Fabien Steichen.

→ Portées par les voisins
La Ferme des artisans, Les Maisons Castors, La résidence Gustave-Prost, Le Rize.

→ & Les Sources (iac & urdla) avec leurs expositions 
À l'IAC : Quels territoires ?
À URDLA : Valère Novarina L'inquiétude rythmique & Karneval de Jean-Xavier Renaud.


QUELS TERRITOIRES ? du 3 mars au 30 avril 2022
5 projets inédits des artistes : Lara Almarcegui, Pauline Julier, Irene Kopelman, Laura Sellies, Emilija ŠkarnulytĖ


→ Lara Almarcegui : Mâchefer – Villeurbanne
→ Pauline Julier : Un point bleu pâle
Irene Kopelman : Here and Elsewhere
→ Laura Sellies : Soit je suis morte soit je deviens oiseau
→ Emilija Škarnulytė : Melusine

Multiples sont les territoires : physiques, politiques, imaginaires... Ils ont plusieurs échelles, plusieurs peaux, plusieurs couches, de multiples épaisseurs. Ils sont « là où nous sommes » autant que ce vers quoi nous décidons d’aller. Quels territoires ? interroge « l’ici », les territoires où l’on habite, ceux dont on fait partie comme ceux qui nous forgent. Pour autant, comment saisir ces écosystèmes qui respirent ? Comment appréhender nos environnements ? Comment s’orienter ?

Les artistes nous accompagnent dans la nécessaire transformation de nos visions du monde.
Ainsi, à l’IAC, à la manière d’une archéologue, Irene Kopelman explore des territoires extrêmes dont elle relève les caractéristiques. Emilija Škarnulytė sonde des environnements « abandonnés » qu’elle réinvestit sous forme de mythologies passées ou futures. Lara Almarcegui met en lumière les spécificités du bâti du territoire local et fait le lien avec l’histoire sociale et politique de la ville. Pauline Julier enquête sur nos rapports à la planète Mars, qui, tel un miroir de la Terre, nous engage à mieux réinvestir la nôtre. Laura Sellies interroge la façon dont les territoires s’inventent au fil des histoires contées et partagées par ceux qui les arpentent.

Dans Villeurbanne, les Fabriques se déploient en commençant par la marche collective Divisor de Lygia Pape, métaphore poétique et politique de la notion de tissu social. Cyril Bron propose d’explorer le territoire local et d’en partager collectivement l’expérience. Cynthia Montier & Ophélie Naessens initient une véritable enquête de terrain par l’appréhension de la géographie et de la géologie urbaine. Maxime Lamarche quant à lui, réaffirme le passé ouvrier de la ville en instaurant les quatre points cardinaux de La Fabrique du Nous #1.

Tous ces artistes contribuent à découvrir quel territoire est habitable et avec qui le partager, quels sont ceux qui nous imprègnent. Et si le territoire est une extension de soi, s’interroger sur ce que sont les territoires, c’est aussi entamer un voyage vers l’intérieur, vers soi et vers le collectif.

Aujourd’hui, il importe pour chacun de nous de comprendre l’épaisseur de ces territoires, de repeupler nos cartes et d’enchevêtrer nos existences communes pour faire face aux destructions de notre biosphère et de se saisir de l’art comme d’un « outil de transformation ». Il est temps d’arpenter à nouveau nos propres milieux, de s’y aventurer, d’y partager des déambulations réelles ou fictives et d’y construire des récits, ensemble.

À celles et ceux qui souhaitent réapprendre à habiter la Terre, nous les encourageons à venir « chez nous » pour en faire un peu un « chez eux » : pour fabriquer un territoire en commun.
IAC → EXPOSITIONS → in situ → La Fabrique du Nous #1
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2022/624_LA-FABRIQUE-DU-NOUS-1
imprimé le 26 mai 2022 [12:52] depuis l'adresse IP : 18.232.52.135
© Institut d’art contemporain 2022