Jacques Damez

Né en 1959 à Lyon (France) 
Vit et travaille à Lyon

Diplômé en histoire de l’art de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, et enseignant en écoles d’art, Jacques Damez dirige depuis 1981 la Galerie Le Réverbère avec Catherine Dérioz, galerie située sur les pentes de la Croix-Rousse à Lyon, qui s’est illustrée en donnant, très tôt, une visibilité aux multiples écritures de la photographie contemporaine.
Son essai, Hans Hartung photographe : la légende d’une œuvre (Éd. La Lettre volée, Bruxelles, 2003), lui a valu le Prix Rhône-Alpes du livre en 2005.

Depuis 1980, la réflexion et l’œuvre de Jacques Damez sur le temps photographique donnent lieu à la réalisation de séquences et d’ensembles d’images, ainsi qu'à la publication de nombreux livres de photographies, autant de traces des projets sériels qui jalonnent son parcours : Contraintes par corps (1987), La 25e heure : l’autoportrait inaccessible (1990), Paysage au vent d’Autan (1992), Vues de l’esprit (1997), Jardin en coulisse (2004), Tombée des nues (1991-2007), Lyon La Confluence - Mémoires en mutations (2006-2011). Celle-ci notamment, réalisée durant plusieurs années, en relatant l’évolution du chantier de La Confluence à Lyon, se fait l’écho de l’ambiance spécifique de la ville de Lyon – une des rares agglomérations en Europe construite sur un confluent – à laquelle Jacques Damez est particulièrement sensible, mettant au service du quartier un réel archivage du temps qui passe, comme une mémoire collective préservée. Ce travail a donné lieu en 2009 à l’exposition Mémoires en mutation – Lyon La Confluence aux Archives Municipales de Lyon ainsi qu’à trois ouvrages aux éditions Textuel regroupant des textes d’auteurs et des photographies de l’artiste.
Jacques Damez a également réalisé de nombreuses expositions ; en 2005, il a participé à l’exposition La Photographie en dialogues à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne. En septembre 2014, il a présenté à la Galerie Le Réverbère une exposition monographique : Entre[z] libre ! En 2020, il y présente Photoponymie en Gaspésie, dans le cadre de l’exposition Globe-trotteurs.

Jacques Damez se sert de la photographie comme d’un enjeu d’écriture. À la fois documentaires et artistiques, ses œuvres interrogent le temps photographique en dévoilant des paysages et des corps latents.
Héritier de la Nouvelle Objectivité allemande, mouvement qui s'attache, au début des années 1920, à décrire fidèlement le monde et les objets dans un souci d'enregistrement et de précision du détail, sans apprêt ni retouche, Jacques Damez convoque « les  détails qui dans leurs foisonnements permettent de faire entendre l’originel silence et la mutité de toute photographie ».
Si les intérêts esthétiques de Jacques Damez se partagent essentiellement entre le paysage et le corps, sa recherche continue, au-delà du sujet, d’appréhender la photographie comme expérience et questionnement du monde.

La collection

Jacques Damez

Sans titre

1981

ex situ
Rendez-vous satellite Rencontre

Échange entre Jacques Damez et Anne Favier

Rencontre à deux voix, pour une mise en écho du temps dilaté

2015

La collection

Jacques Damez

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Jacques Damez ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/462_jacques-damez
imprimé le 12 août 2022 [13:59] depuis l'adresse IP : 44.200.30.73
© Institut d’art contemporain 2022