Carmen Perrin

Née en 1953 à La Paz (Bolivie)
Vit et travaille à Genève (Suisse)

Diplômée de l’École des Beaux-Arts de Genève en 1981, Carmen Perrin, artiste helvético-bolivienne, s’est distinguée au cours des trente dernières années par son travail de sculpture. Grande admiratrice de l’Arte Povera et du mouvement Supports/Surfaces, Carmen Perrin travaille des matériaux issus du paysage urbain industriel qu’elle assemble et transforme dans une confrontation constante de ses propres gestes avec l’élasticité du matériau. Ses œuvres reflètent ainsi l’envergure de ses bras, la force de ses mains, sa vision, son énergie et sa fatigue. Elle crée « un jeu réciproque de forces, de résistances, d’articulations, dans lequel l’équilibre peut à tout moment être contrarié et causer un effondrement ».
Depuis 1991, Carmen Perrin ressent la nécessité de produire des œuvres en dehors de son atelier et de réaliser des interventions – éphémères ou permanentes – afin de questionner l’expérience d’un espace habité par le corps en mouvement. « Je voudrais que ma recherche plastique soit pour le public comme une boîte à outils, qu’elle serve ». Soucieuse d’ancrer ses œuvres dans le paysage quotidien, Carmen Perrin crée des installations qui relient l’espace intérieur d’un volume et le lieu d’où on le regarde. Ce principe s’illustre particulièrement dans La vitesse des abeilles de 2002, construit dans le bâtiment Midfielddock de l’aéroport Zurich/Kloten en Suisse. Une structure en acier comprenant deux parois de polycarbonate en nid d'abeille perturbe la vision des voyageurs et permet de ne plus distinguer que des jeux d’ombre, et quelques couleurs. Aussitôt qu’une image est captée, aussitôt elle disparaît.
En 2013, l’artiste a bénéficié d’une exposition monographique au Musée de Pully en Suisse. Ce projet a été l’occasion de présenter l’évolution de sa pratique artistique en partant des premières sculptures faites d’agencement de bois, d’acier, de cuivre, de caoutchouc, jusqu’à ses œuvres plus récentes de dessins, en passant par ses accumulations de matières (élastiques tendus) et de gestes (perforations).

La collection

Carmen Perrin

Précipitations (encore plus loin que la vitesse du projectile)

1982

La collection

Carmen Perrin

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Carmen Perrin ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1334_carmen-perrin
imprimé le 25 juin 2019 [12:24] depuis l'adresse IP : 54.174.51.80
© Institut d’art contemporain 2019