Charlotte Khouri

née en 1985 à l'Union (occitanie)
vit et travaille à paris (france)

Charlotte Khouri est diplômée de l’École des Beaux-Arts de Marseille (2009) et de la HEAD Genève (2012). A partir de 2017 elle est en résidence avec l'artiste Anne le Troter au Grand Café de Saint-Nazaire, ce qui donne lieu à un cycle de performances théâtrales chez l'habitant, projet qui sera reconduit en 2019 par le Théâtre Nanterre Amandiers. La même année elle participe au salon de Montrouge et présente sa première exposition personnelle à La Galerie CAC de Noisy-le-Sec en 2020. En 2022 elle est l'une des lauréates du programme Mondes Nouveaux initié par le ministère de la Culture.

Influencée par le théâtre et la poésie autant que par la télévision et l'industrie du divertissement, la pratique performative de Charlotte Khouri s'articule autour de décors et d'objets qu'elle conçoit elle-même, qu'il s'agisse d'éléments de mobilier, d'accessoires ou de costumes. L'objet, mis en scène dans un dispositif de spectacle, est activé par la performeuse autant qu'il active la parole. Dans On n'est pas des plantes, l'une des premières performances de Charlotte Khouri présentée à la HEAD Genève en 2012, l'artiste dialogue avec divers objets dans une installation qui ressemble à un mini-golf. Le sens du texte se dévoile au fur et à mesure des interventions des objets qui dévoilent progressivement leur histoire et acquièrent une sorte de personnalité. De même que les objets survivent à leur fonction d'accessoires après la performance, Charlotte Khouri emploie le médium vidéo de manière « post-performative1 » c'est-à-dire non comme outil de captation mais comme forme autonome, qui se substitue à une situation scénique en présence. L'exposition Dauphins, dauphines à La Galerie de Noisy-le-Sec (2020) présente dans l'espace des éléments qui apparaissent dans Nuit majeure (2020), vidéo qui constitue le pivot de l'installation. Le film comme l'exposition s'emploient à désaxer, à inverser les structures de pouvoir et leurs représentations, via une mise en scène marquée par le folklore de l'entreprise, des symboles de la France (les brioches, François Mitterrand...) et une dose d'humour absurde. « Je veux faire rire les gens de la verticalité » s'écrie un personnage du film.

Charlotte Khouri se dit fascinée par le ton et l'esthétique de l'âge d'or de la télévision, « une époque où les murs étaient recouverts de moquette, les pantalons en trompettes, où les hommes avaient des rouflaquettes et où l’on pouvait encore fumer sur un plateau télévisé »2. En reprenant les codes et les personnages stéréotypés d'une émission télévisée des années 1980, la vidéo Culture Générale Générale (2021) provoque une impression étrange de déjà-vu, à la frontière du vrai et du faux. Dans cet espace incertain, crépusculaire, se noue et se dénoue l'articulation entre parole et autorité, où la culture est utilisée comme instrument de domination.

La collection

Charlotte Khouri

You’ll always be taller than a newspaper

2022

La collection

Charlotte Khouri

Banquette Bâtiment Churchill Parlement Européen

2022

La collection

Charlotte Khouri

Podium rotonde du Palais de l’Europe

2022

La collection

Charlotte Khouri

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Charlotte Khouri ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1845_charlotte-khouri
imprimé le 27 mai 2024 [17:29] depuis l'adresse IP : 44.223.39.67
© Institut d’art contemporain 2024