Mathieu Tremblin

Né en 1980 au Mans (France)
Vit et travaille à Rennes et Arles (France)

Mathieu Tremblin est un artiste français dont la pratique, seul ou en duo avec Les Frères Ripoulain, se compose d’interventions dans la ville allant du graffiti au détournement de la fonction du mobilier urbain. Ses gestes, entre revendication politique et ironie, questionnent nos systèmes de législation et de représentation de la ville. Ses œuvres ont été notamment exposées à La Criée à Rennes, au centre d’art Le Quartier à Quimper, au Printemps de Septembre à Toulouse ou encore lors du Salon de Montrouge. Mathieu Tremblin a effectué ses études en Arts Plastiques à l’Université de Rennes en 1999 et 2006 puis un doctorat à celle de Strasbourg (2014-2017). Ses premières interventions datent de la création des Frères Ripoulain, tandem formé avec David Renault à l’issue de leurs études en arts plastiques en 2006.

Jusqu’en 2008, ils réalisent une quinzaine de peintures murales de grande échelle dans des espaces en friche aux messages parfois poétiques, parfois humoristiques mais souvent politiques (Sauvons les pots rouges, 2007). Autour de la notion de « mésusage » liée à la culture du détournement et du hacking, ils investissent peu à peu l’espace de la rue par des gestes furtifs comme avec Taquin (2010) où ils réorientent le sens des dalles piétonnes.

En solo, Mathieu Tremblin s’est fait connaître internationalement avec sa série Tag Clouds débutée en 2010 où l’artiste peint par-dessus les graffitis présents sur les murs des villes les mots d’origine. Réécrits avec une typographie claire, les messages désormais lisibles forment alors des « nuages » de mots-clés semblables à ceux que l’on trouve sur internet. Certaines de ses interventions détournent la fonction d’un mobilier urbain répressif comme avec Brochette de fruits (2011) où des piques protégeant une caméra de surveillance se voient agrémentées avec humour d’une sélection de fruits.

Avec David Renault, leurs œuvres comme Calderpillar « ZAC Renaudais » (2013) assument parfois des proportions monumentales. Ici, c’est la figure de Calder qui est invoquée au travers d’un mobile réalisé avec une grue de chantier d’où est suspendu du matériel glané sur un site de construction. Par son mode d’intervention urbaine contextuelle, Mathieu Tremblin renouvelle les codes du street art en lui insufflant une forme d’humour teintée d’activisme politique.

En 2019, la Galerie Art & Essai de Rennes présente l’exposition Mathieu Tremblin : La copie mieux que l’original, dont le titre exprime bien l’approche de l’artiste intéressé par de petites éditions et par une désacralisation de l’objet d’art, de même que par l’usage et l’appropriation partagée de l’œuvre.

La collection

Mathieu Tremblin

Vert sapin

2009

La collection

Mathieu Tremblin

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne

voir aussi

(U)L.S

IAC → Mathieu Tremblin ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1580_mathieu-tremblin
imprimé le 25 juin 2024 [04:55] depuis l'adresse IP : 44.192.48.196
© Institut d’art contemporain 2024