Collection'05

du  au 

Collection’05 réunit des œuvres s’intéressant de près ou de loin à l’urbanisme, à l’architecture, à la communication de masse… avec des approches que l’on pourrait globalement qualifier de poétiques.L’Institut d’art contemporain propose de découvrir les acquisitions récentes de la Collection Rhône-Alpes. 

L’Institut d’art contemporain propose de découvrir les acquisitions récentes de la Collection Rhône-Alpes. En effet, depuis 1998, date de la fusion du Nouveau Musée et du Fonds régional d’art contemporain (Frac) Rhône-Alpes, l’IAC, en plus de ses expositions temporaires, gère et développe cette collection. Pour l’été 2006, en cette période de transition dans l’histoire de l’Institut, la nouvelle direction de l’Institut d’art contemporain a choisi de présenter les œuvres acquises en 2005.

De la photographie à la sculpture, les œuvres se référant à l’urbanisme et à l’architecture développent des points de vue largement influencés par les spécificités culturelles des lieux où vivent les artistes. Alex MacLean poursuit une lecture du territoire américain à travers ses vues du ciel d’aménagements « industriels » des zones d’habitation, de consommation et de production. Map Office, duo d’architectes installés à Hong-Kong, pointe les désordres de l’urbanisme en Asie à l’ère post-industrielle, par exemple une bande de 60 km, située sous une autoroute à Guangzhou, investie par un grand marché provisoire à l’identité urbaine très chaotique. Quant à Pascal Poulain, il met en exergue « l’infantilisation » des espaces urbains par excès de design ou de constructions relevant du gadget.

C’est avec des œuvres sculpturales que Saâdane Afif et Louis Theillier proposent des réhabilitations architecturales imaginaires. Saâdane Afif s’est emparé de l’ancienne usine qui abrite le centre d’art du Creux de l’Enfer (Thiers) pour reconfigurer sa relation avec la chute de la Durolle sur laquelle il est installé. Chez Louis Theillier, la Réhabilitation, entre sculpture abstraite et maquette d’architecture expérimentale, prend la forme de pliages de photographies d’immeubles qui oscillent entre l’improbable et l’utopie.

Claude Closky et Ayse Erkmen témoignent des excès de la circulation de masse des images. Journal (2005) de Claude Closky, prix Marcel Duchamp 2005, est une œuvre faite de multiples écrans qui diffusent, à un rythme accéléré, des images d’information prélevées sur Internet, associées à des onomatopées sonores. Scenic Overlook (2005) d’Ayse Erkmen fait défiler des vues de paysages idylliques extraites d’un catalogue destiné à des publicitaires, montrant combien ces clichés universels et sans territorialité sont vides de sens : des ventes de rêves « prêt-à-porter ». Face à un monde saturé d’images et de signes, Arno Piroud propose, non sans humour et ironie, des dispositifs décalés susceptibles de déjouer nos certitudes. Avec Enter your Dreams (2005), comment, par exemple, échapper à des rêves préfabriqués.

Les dessins de Géraldine Kosiak et de Pauline Fondevila sont la traduction, sur des modes très différents, de leurs univers personnels. La première dessine le monde de son enfance et de ses souvenirs. Dans Catalogués (2004), elle saisit au fil du temps les objets et les êtres les plus divers sous la forme de planches qui évoquent un catalogue Manufrance, voire un livre de Georges Pérec. La seconde dessine ses « mythologies personnelles » tissées de références intellectuelles (littérature, philosophie, essais), de clins d’œil artistiques et d’éléments de culture populaire (films, chansons).  Surgissent des mondes où se mêlent quotidien et imaginaire.

Enfin, la série d’affiches d’Utopia Station représente une part du projet multidisciplinaire initié par les commissaires d’expositions Molly Nesbit, Hans Ulrich Obrist et l’artiste Rirkrit Tiravanija à la Biennale de Venise 2003. L’utopie est ici repensée à travers une plateforme d’échanges, composée de « haltes » dont le nombre s’accroît au fur et à mesure des collaborations qu’Utopia Station suscite partout dans le monde (artistes, architectes, écrivains, acteurs, interprètes…).

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Collection'05
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2006/35_COLLECTION-05
imprimé le 20 septembre 2017 [07:27] depuis l'adresse IP : 54.198.58.62
© Institut d’art contemporain 2017