Mimosa Echard

Telos

2019

Œuvre réalisée dans le cadre de l'exposition Mimosa Echard et Shanta Rao - Pulpe, École municipale des Beaux-Arts Galerie Edouard Manet, Gennevilliers, 2019
Tirages argentiques, noyaux de cerise, fougère, stickers, pétale de calendula, gélules, capsules, coquilles d'escargot, figurine, billes de verre, fleur de clitoria, tissu, latex, colle bleue, colle vinylique, latex
146 x 341 cm 

La plongée panoramique qu’offre Telos (« accomplissement » en grec) matérialise ce grand bain, actualisant la marre boueuse et fertile qu’avait creusée, puis sublimée, Claude Monet pour son cycle des Nymphéas. Trois tirages argentiques montrant en gros plan les doigts de l’artiste féconder des orchidées ont été recouverts de tissu et encollés de latex. Ces bandages laiteux renferment des pétales de calendula, des fleurs de clitoria, des coquilles d’escargots ou des noyaux de cerise, mais aussi des gélules, des vignettes photographiques et des grigris en plastique. Sous de faux airs d’abstraction gestuelle, le panneau tient en fait plus de l’emplâtre que du tableau et évoque les cataplasmes préconisés par Hildegarde de Bingen au XIIe siècle. Dans son encyclopédie de sciences naturelles mêlant médecine et cuisine, l’abbesse allemande avait recensé les bienfaits et méfaits des plantes, selon une approche mystique et magique de la botanique. Mimosa Echard travaille elle aussi       
« l’écume des éléments », mais intègre à l’approche holistique d’Hildegarde les produits de l’ère industrielle et moléculaire.

→ Mimosa Echard

© photo Blaise Adilon

Mimosa Echard, Telos, 2019. © photo Blaise Adilon © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Mimosa Echard, Telos
i-ac.eu/fr/collection/715_telos-MIMOSA-ECHARD-2019
imprimé le 25 novembre 2020 [12:22] depuis l'adresse IP : 34.237.138.69
© Institut d’art contemporain 2020