Gloria Friedmann

Rivière d'une nuit d'hiver

1983

Chambres à air, bois, clous, plexiglas
200 x 285 x 15 cm

Rivière d’une nuit d’hiver est emblématique des premiers travaux sculpturaux de l’artiste. L’œuvre repose sur une opposition entre un archétype du paysage naturel suscité par le titre – tout comme d’autres œuvres telles que Hautes herbes agitées par le vent (1983), Lac de Chamonix, Étude de couleur (1985) – et le choix de matériaux issus de l’industrie et de la société de consommation pour sa représentation. Selon Gloria Friedmann, cette œuvre doit « évoquer dans la mémoire du spectateur quelque chose qu’il a déjà vu. Avec des chambres à air, un matériau industriel le plus étranger à la nature, je recrée un état naturel ». L’artiste joue une fois de plus sur les contradictions de l’être humain, son inclinaison à fantasmer une image de la nature. Cependant, lorsque la transparence de l’eau est exprimée par l’opacité du caoutchouc, que la fluidité et la légèreté de la rivière sont rejouées par la rigidité et le poids de la matière industrielle, c’est une vision sombre, glacée et nouée du paysage qui apparaît.

→ Gloria Friedmann

Gloria Friedmann, Rivière d'une nuit d'hiver, 1983 © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Gloria Friedmann, Rivière d'une nuit d'hiver
i-ac.eu/fr/collection/122_riviere-d-une-nuit-d-hiver-GLORIA-FRIEDMANN-1983
imprimé le 29 mars 2020 [13:48] depuis l'adresse IP : 35.172.216.157
© Institut d’art contemporain 2020