Shirazeh Houshiary

Née en 1955 à Shiraz (Iran)
Vit et travaille à Londres (ANGLETERRE, Royaume-Uni)

Shirazeh Houshiary est une adepte du soufisme, une branche mystique et pacifique de l’Islam développée au VIIIe siècle qui prône des notions spirituelles telles que l’unité de l’être et l’accomplissement de soi, la quête de l’essence, et le cheminement vers le divin. Sa connaissance de l’art perse est au cœur de sa pratique, mais cette dernière est également nourrie et soutenue par la compréhension des traditions artistiques occidentales acquises par l’artiste à la Chelsea School of Art de Londres où, comme Anish Kapoor et d’autres sculpteurs appartenant à la « nouvelle sculpture britannique », elle a étudié dans les années 1970.
Venue à Londres en 1974, elle a réalisé sa première exposition personnelle en 1980, au Chapter Arts Centre à Cardiff, qui sera suivie par beaucoup d’autres : Lisson Gallery, Londres (1984) ; Musée Rath, Genève (1988) ; Museum of Modern Art, Oxford (1989) ; Isthmus, Magasin de Grenoble (1995) ; Lehmann Maupin Gallery, New York (1999, 2003, 2006, 2010), etc. Shirazeh Houshiary a également participé à d’importantes expositions collectives : Aperto’82, 40e Biennale de Venise (1982) ; Les Magiciens de la Terre, Centre Georges Pompidou, Paris (1989) ; 23e Biennale de São Paulo (1996) ; Art and Happiness, Mori Art Museum, Tokyo (2003) ; What is Painting, MOMA, New York (2007), Biennale de Sydney (2010), etc.

Shirazeh Houshiary emploie la sculpture pour exprimer l’immatériel, avec des œuvres aux surfaces réfléchissantes et aux cavités profondes qui associent lumière et obscurité, pesanteur et vide. Son travail tend toujours plus vers l’abstraction géométrique, à l’aide de matériaux très simples et séduisants (plomb, cuivre, zinc, feuille d’or). Ses premières œuvres présentent des formes sensuelles : Fire is Three [Le Feu est Trois] (1984), The Angel With Ten Thousand Wings [L’Ange aux dix mille ailes] (1987), The Earth is an Angel [La Terre est un ange] (1987), une « terre » formée de deux « ailes » entremêlées), ou encore Beating of Her Wings [Battant de ses ailes] (1987).
L’artiste travaille ensuite selon la tradition de l’art sacré géométrique, à des formes qui proscrivent la représentation figurative du divin, dont la création, l’emplacement et les correspondances sont déterminés par un ensemble de règles logiques. L’abstraction géométrique permet à l’artiste de décrire la « nature intérieure », de l’ange, par exemple. Ses tableaux, au graphite sur fond noir, proposent alors des métaphores de la quête du « Centre », de l’ « Unité », tout en agissant comme véhicules du propre cheminement intérieur de l’artiste. Cette extériorisation d’un état contemplatif joue sur le vide et s’inscrit autant dans sa culture d’origine que dans la tradition occidentale : elle épouse en effet la notion moderniste de progrès vers une vérité spirituelle, tout en s’intéressant à la géométrie en tant que proposition universelle.

La collection

Shirazeh Houshiary

Arch of the Sky

1983

Éditions

Présentation (œuvres du FRAC Rhône-Alpes) & Propositions

1988

FRAC Rhônes-Alpes, Lyon
La collection

Shirazeh Houshiary

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Shirazeh Houshiary ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/615_shirazeh-houshiary
imprimé le 20 octobre 2017 [21:44] depuis l'adresse IP : 54.225.47.94
© Institut d’art contemporain 2017