Laurent Montaron

Né en 1972 à Verneuil-sur-Avre (FRANCE)
Vit et travaille à Paris

Laurent Montaron est un artiste interdisciplinaire qui, à travers le cinéma, la photographie, l'installation, le son et la performance, explore les innovations technologiques pour examiner les systèmes de croyance et les manières de comprendre le monde.

Le travail de Laurent Montaron a été montré dans de nombreuses expositions personnelles, notamment AYYLU, FRAC Champagne-Ardenne (2009) et la même année à l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne ; Prospectif Cinéma, Centre Pompidou, Paris (2013) ; Les origines du film, Palazzo Grassi/Fondation François Pinault, Venise (2014) ; Dioramas, Fondation d’entreprise Ricard, Paris (2016-2017) ;  Replica, CCA, Tel Aviv, Israël (2018).
Laurent Montaron a participé à de nombreuses expositions collectives internationales, comme The Encyclopedic Palace, 55e Biennale de Venise (2013), Vous imaginez ce que vous désirez, 19e Biennale de Sydney (2014), Eppur Si Muove, Mudam, Luxembourg (2015).
Ses œuvres sont présentes dans différentes collections privées et publiques, dont celle du FNAC, Paris.

À travers des dispositifs d’enregistrement et de restitution faisant référence à des processus cognitifs, Laurent Montaron explore les rapports complexes que langage et représentation entretiennent avec le réel. Les différents mediums qu’il utilise – films, installations, photographies, équipements acoustiques – lui permettent d’interroger les conjonctions de l’image avec le son ou avec le langage. La transcription du temps, l’« image-temps » et l’« image-mouvement » telles qu’elles ont été analysées par le philosophe Gilles Deleuze, occupent une place centrale dans ses recherches. En fin connaisseur du langage cinématographique, il en détourne les conventions et les potentialités narratives, perturbe les réflexes de lecture et accentue du même coup le rôle d’interprète dévolu au spectateur. Le rapport de l’artiste au cinéma se traduit notamment par son intérêt pour le processus d’enregistrement et par une mise en mouvement subtile de l’image, aussi fixe soit-elle. La dimension illusionniste de l’image en mouvement (comme dans le cinéma) est par exemple révélée par l’adjonction d’un ventilateur devant la projection d’une diapositive (After, 2007). Laurent Montaron cherche ainsi à anticiper le processus de  perception. Il entend non seulement fabriquer des images mais aussi des situations devant les images.

L’importance que Laurent Montaron accorde à l’interprétation se matérialise par le rôle des titres et des légendes et par la présence de nombreux indices dans ses œuvres, qui préservent la dimension énigmatique de l’ensemble. Elle permet aussi d’orienter son propos sur l’articulation des sciences aux croyances, à travers l’évocation des pratiques divinatoires. Ainsi, Laurent Montaron sonde l’expérience du temps et de la mémoire, à travers les images de la psyché et les phénomènes de projections ou de prédictions. L’évocation des facultés extra-sensorielles de l’individu, des questions liées au destin ou à une possible
« clairvoyance », confèrent à ses recherches une dimension fortement suggestive. Sur le mode du nœud borroméen de Lacan, son travail cristallise l’articulation de l’imaginaire (notre vision et notre construction d’images), du symbolique (notre utilisation du langage pour donner du sens) et du réel (notre expérience du monde).

La collection

Laurent Montaron

BALBVTIO

2009

La collection

Laurent Montaron

Analogie de la ligne

2007

Éditions

Les Pléiades : 30 ans de création dans les Fonds régionaux d'art contemporain

2013

Flammarion, Paris
Éditions

Laurent Montaron

2012

les presses du réel, Dijon
Rendez-vous satellite

Paroles d'Amis

Focus Multiples

2020

Multiples des Amis

Laurent Montaron

Helena

2011

La collection

Laurent Montaron

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Laurent Montaron ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/3_laurent-montaron
imprimé le 23 avril 2021 [11:12] depuis l'adresse IP : 3.238.132.168
© Institut d’art contemporain 2021