John Coplans

Né en 1920 à Londres (angleterre) – décédé en 2003 à New York (états-Unis)

John Coplans a d’abord été peintre, pour se tourner ensuite vers des activités de critique d’art – il est un des co-fondateurs en 1962 de la revue Artforum –, puis de direction de musées (The Art Gallery University of California, The Pasadena Art Museum et The Akron Art Museum) et de commissariat d’expositions. Il a aussi été l’auteur de plusieurs monographies d’artistes, notamment sur Andy Warhol ou Ellsworth Kelly.

En 1978, John Coplans décide de reprendre une activité artistique et choisit le médium de la photographie qui représente alors pour lui le seul genre artistique à avoir encore un statut à conquérir dans le monde de l’art.
L’œuvre singulière qui en est issue est constituée d’autoportraits que l’artiste compose à partir de son corps nu. L’idée du corps morcelé s’impose à lui dès la première série de Self-Portraits (1984) et préside à la construction de tous ses autoportraits, exclusivement en noir et blanc. Après des séries de torses, de genoux ou de pieds, Body Parts [Parties du corps] (2001-2002) témoigne de nouvelles évolutions du travail : le corps de l’artiste mis en morceaux est réassemblé dans des montages organiques dépassant toute réalité (et tout réalisme) des composantes du corps humain.
Caractérisés par l’absence du visage et dépourvus d’indices concernant le contexte de la prise de vue, les autoportraits de John Coplans recherchent une universalité et une objectivité de la représentation du corps.
L’utilisation de la chambre polaroïd de taille 50 x 60 cm, permet la réalisation de photographies de grand format où chaque détail – l’épiderme, les rides, la pilosité, etc. – témoigne du passage du temps.
En exposant au regard du spectateur son corps nu et vieillissant, John Coplans interroge la place et l’image du corps dans les sociétés contemporaines, tout en explorant les possibilités du médium photographique (cadrage, lumière, point de vue).
Si leur construction formelle est inscrite dans la contemporanéité, les autoportraits de John Coplans renvoient également à des pratiques historiques, voire archaïques ou totémiques : des parentés avec la statuaire primitive côtoient certains traits de la peinture abstraite américaine – sérialité, frontalité et fragmentation.

La collection

John Coplans

Six Times

1987

La collection

John Coplans

Back of Hand

1986

La collection

John Coplans

Legs, Elbow, Hand

1986

La collection

John Coplans

Hands Holding Feet

1985

La collection

John Coplans

Cupped Hands

1985

La collection

John Coplans

Crossed Feet

1985

La collection

John Coplans

Back Torso From Below

1985

La collection

John Coplans

Knees with Fist

1984

La collection

John Coplans

Torso

1984

La collection

John Coplans

Torso Front

1984

Éditions

John Coplans

A Body of Work : Self Portraits

1987

Printed Matter, New York
La collection

John Coplans

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → John Coplans ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/249_john-coplans
imprimé le 23 juin 2017 [22:36] depuis l'adresse IP : 54.80.210.251
© Institut d’art contemporain 2017