Maurice Blaussyld

Né en 1960 à Calais (France) 
Vit et travaille à Roubaix

Né en 1960, Maurice Blaussyld demeure encore à ce jour une figure mystérieuse du paysage artistique français. Son travail exigeant fondé sur la neutralité et le détachement est relativement peu montré alors que sa reconnaissance critique est solidement établie, sa pratique ayant été saluée dès le début des années 1990 par les critiques Bertrand Lamarche-Vadel et Nicolas Bourriaud. Son œuvre a été notamment exposée au Nouveau Musée National de Monaco, au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris ou encore au Musée des Arts contemporains du Grand-Hornu en Belgique. Si Maurice Blaussyld a étudié aux Beaux-Arts de Paris et s’y est intéressé à la gravure, au dessin et à la peinture, c’est davantage par la fréquentation des œuvres du Louvre, du Centre Pompidou et du Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris que s’est forgée sa conviction à devenir artiste.
Énigmatiques, les œuvres de Maurice Blaussyld relèvent d’ « une sorte de suspension, d’anesthésie générale du sens » selon Nicolas Bourriaud. Il y voit également des pièces « d’une pauvreté incandescente » fouillant avec lucidité « le ventre mort de l’art ». Il n’est dès lors pas étonnant qu’une de ses premières œuvres, une photographie en noir et blanc sans titre de 1989, fasse acte d’expertise médico-légale en montrant une jeune fille au thorax découpé. Il reproduit à cinq reprises de 1989 à 2010 lors d’expositions l’extraction de ces images cliniques toutes issues du même livre de pratiques d’autopsies qu’on lui a offert alors qu’il avait 29 ans. Maurice Blaussyld, selon ses propres mots, fait œuvre de peintre, bien que ses sculptures, vidéos ou installations, le plus souvent innommées, ne nous invitent pas dans un premier temps à y penser. Son travail, relevant d’une forme de mystique matérialiste, propose des volumes puissamment concrets (Granit, 1998), sourds (Sans titre, 1992) mais également des œuvres sur papier modestes en apparence, presque frustres, comme ses feuilles de papier millimétré (Sans titre, 2009) ou ses textes dactylographiés sans ponctuation en forme de litanie (Sans titre de 1991 et Sans titre de 2009). Sans titre (2005-2007) est une vidéo mutique de quatorze secondes en forme d’autoportrait s’insérant dans un corpus en figurant deux autres datées de 1994-2011 (vingt-neuf secondes) et 2010 (cinq secondes). On y observe ici le visage de l’artiste dans un plan très rapproché prononçant des paroles inaudibles et disparaissant à la fin de la vidéo. Dotée d'un pouvoir magnétique rare, c’est une image en mouvement de l’énigme que demeure l'œuvre de Blaussyld, tout autant qu’un témoignage émouvant sur sa propre incapacité à délivrer des messages, à ne jamais pétrifier le sens.

La collection

Maurice Blaussyld

Sans titre

2008/2009/2010

La collection

Maurice Blaussyld

Sans titre

2006

La collection

Maurice Blaussyld

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Maurice Blaussyld ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1429_maurice-blaussyld
imprimé le 21 septembre 2018 [15:39] depuis l'adresse IP : 54.156.51.193
© Institut d’art contemporain 2018