Robert Wilson

Né en 1941 à Waco (Texas, États-Unis)
Vit et travaille à Long Island (État de New York, États-Unis)

La figure de Bob Wilson (de son vrai nom Robert Wilson) est immanquablement associée à l’univers du théâtre et de l’opéra, où son œuvre est reconnue et acclamée depuis plus de trente ans sur toutes les scènes du monde. Sa maîtrise unique – et désormais constitutive de sa légende – de la lumière et du décor ainsi que sa pratique expérimentale du travail scénique confèrent à Bob Wilson un statut qui excède largement celui de metteur en scène, amenant à considérer également son approche comme celle d’un plasticien. Après avoir étudié au Texas et à Brooklyn, il décide de suivre une double formation entre Paris et l’Arizona, de peintre et d’architecte d’intérieur, dont son œuvre dessinée et lithographique plus méconnue porte encore la marque. The King of Spaina et The Life and Times of Sigmund Freud sont ses premiers spectacles qu’il crée à partir de 1969 à New York. Le succès et la consécration internationale viennent lors de la présentation au festival de Nancy en 1971 du Regard du sourd. C’est en 1976 que commence l’une des collaborations les plus célèbres de Bob Wilson, celle entamée avec le compositeur minimaliste Philip Glass lors de la création d’Einstein on the Beach, pour le festival d’Avignon. Œuvre musicale majeure et spectacle devenu désormais mythique, cet opéra de cinq heures (dont Wilson voulut que l'entrée et la sortie des spectateurs soient libres) fut à l’origine d’une trilogie informelle composée par les deux artistes, suivie en effet par Satyagraha en 1980 et Akhnaten en 1983. Le travail de Bob Wilson s’exerce alors tout autant pour l’opéra, au travers notamment de ses nombreuses mises en scène de Richard Wagner, que pour le théâtre, manifestant un intérêt constant pour l’œuvre de William Shakespeare et d’Heiner Müller notamment. Il se consacre aussi à d’autres projets plus étonnants, notamment avec sa collaboration avec Tom Waits lors de la création de The Black Rider de William S. Burroughs (1990), qu’il poursuit avec Alice en 1992 et Woyzeck en 2000. En 2011, il met en scène un spectacle au Manchester International Festival qui croise plus frontalement le champ de l’art contemporain avec The Life and Death of Marina Abramovic, où l’artiste et performeuse Marina Abramovic rejoue sur scène sa propre vie. Incarnant mieux que quiconque l’idée d’avant-garde théâtrale, son travail de metteur en scène a été présenté dans les salles les plus prestigieuse du monde, comme le Metropolitan Opera de New York, la Scala de Milan ou encore l’Opéra Bastille. Ses dessins (intimement liés à son travail scénique) ainsi que ses installations et le mobilier qu'il a conçu eurent quant à eux les honneurs d’être exposés notamment au Museum Boymans-Van Beuningen de Rotterdam (1983), à la Künsthalle Shirn de Francfort (1990) et au Musée du Luxembourg à Paris (1994). Un Lion d'Or pour la sculpture lui fut par ailleurs décerné en 1993 par la Biennale de Venise pour son installation Memory/Loss.

La collection

Robert Wilson

Médée

1984

IAC → Robert Wilson ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1006_robert-wilson
imprimé le 23 septembre 2019 [00:21] depuis l'adresse IP : 18.206.16.123
© Institut d’art contemporain 2019