Bojan Šarčević

L'ellipse d'ellipse

du  au 
L’exposition de Bojan Šarčević, L’ellipse d’ellipse rassemble plus d’une trentaine d’œuvres - sculptures, films, photographies, collages et interventions architecturales — donnant ainsi à voir, pour la première fois dans cette ampleur, la multiplicité de son travail.

Le titre de l’exposition de Bojan Šarčević, L’ellipse d’ellipse, par son évocation d’une figure géométrique curviligne, consiste à la fois en un jeu de mots et en une manière d’indiquer, la mise en perspective des préoccupations fondamentales de l’artiste, présentes depuis le début de son travail. De ses premières interventions comme World Corner (1999), le coin d’une pièce extrait d’un bâtiment délabré et inséré dans un angle du cube blanc de l’espace d’exposition, à ses pavillons architectoniques accueillant la projection de films en 16 mm, Only After Dark (2007) et The Breath-Taker is The Breath-Giver (2009) ; de ses collages réalisés à partir de pages de magazines d’architecture, 1954 (2004), jusqu'à ses sculptures monumentales les plus récentes en onyx, She et He (2010 et 2011), l’œuvre de Šarčević se fonde sur une relation essentielle à la sculpture et à l’espace, questionnant aussi bien leur perception que leurs implications sociales, politiques et poétiques.

Les œuvres alternent dans l’espace entre une matérialité intense et une fragilité de l’éphémère. Les sculptures sont présentées aux côtés de films et photographies, soulignant l’intérêt de Šarčević pour la notion de représentation — la capacité d’une image fixe ou animée à capturer l’essence d'une chose — autant que pour la question de la sculpture. Ses formes sensuelles, élégantes, évoquent souvent les histoires du modernisme architectural et les expériences esthétiques du début du vingtième siècle. Bojan Šarčević emploie une gestuelle minimale pour un effet substantiel, critique et conceptuel. La traduction d’idées et de formes à travers les cultures et le temps, ainsi que la résonance politique de certains matériaux et structures, orientent ses interrogations. Il en est de même avec la géométrie de ses formes, qui questionnent la rencontre de l’individuel et du collectif au sein de l’œuvre d’art, comment précision et beauté coïncident avec le politique et le culturel et, finalement, comment un artiste est capable de mesurer les conséquences de ses actes.

Bojan Šarčević est né à Belgrade (ex-Yougoslavie) en 1974 ; il vit et travaille à Berlin et à Paris. 
Il a réalisé d’importantes expositions personnelles : A Curious Contortion in the Method of Progress, Kunstmuseum Liechtenstein (2012) ; Only After Dark, Kunstverein Hamburg (2008), Credac, Ivry-sur-Seine (2007) ; Already Vanishing, MAMbo, Bologne (2007). Il a participé à de nombreuses expositions collectives internationales, dont la Biennale de Venise en 2003.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Bojan Šarčević → L'ellipse d'ellipse
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2012/222_L-ELLIPSE-D-ELLIPSE
imprimé le 18 août 2017 [18:43] depuis l'adresse IP : 54.196.18.46
© Institut d’art contemporain 2017