Joe Scanlan

Solongsolsolong

du  au 
L’exposition conçue par Joe Scanlan pour l’Institut d’art contemporain est un projet spécifique qui rend hommage à Sol LeWitt suite à la disparition de cette grande figure de l’art minimal. À travers son vocabulaire propre, Joe Scanlan interroge ici les relations de son travail à Sol LeWitt et au minimalisme.

Après la réalisation d’un projet en 2003 (Do It Yourself Dead on Arrival Pay for your Pleasure (reprise)), l’Institut d’art contemporain invite à nouveau Joe Scanlan pour une exposition personnelle qui réunit des œuvres récentes de l’artiste.

Né en 1961 à Stoutsville (Ohio, USA) et diplômé de l’Art Institute of Chicago (1985), Joe Scanlan vit et travaille à New York. Artiste de notoriété internationale, Joe Scanlan a réalisé de nombreuses expositions personnelles (Galerie Chez Valentin, Paris, 2007 ; Galerie Micheline Szwajcer, Anvers, 2005 ; IKON Gallery, Birmingham, Van Abbemuseum, Eindhoven, 2003 ; Museum of Contemporary Art, Chicago, 1998) et collectives (Museo Patio Herreriano, Valladolid, 2007 ; Kunstmuseum Bern, Bern, Mudam, Luxembourg, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 2006 ; Baltic Art Center, Vilnius, 2005).

Joe Scanlan s’est fait connaître dans les années 90 par une appropriation toute particulière de l’art conceptuel. Préoccupé par la production d’objets liés en apparence au quotidien et par l’affirmation d’une micro-économie – passant par le recyclage ou le bricolage, et l’artisanat –, Joe Scanlan œuvre dans le sens d’une subjectivité créatrice qui arriverait à faire sa place dans l’univers économique capitaliste. Outre le fait qu’elle conjugue fonctionnalité et spécificité plastique, son esthétique DIY (« Do It Yourself ») prône la mobilité et l’adaptabilité des objets, voire leur réversibilité, en fonction des contextes et des usages.

Au-delà de l’aspect conceptuel du travail, la démarche de Joe Scanlan est de toute évidence empreinte d’une préoccupation sur le caractère temporaire des choses, la réalité fugitive des images, des objets et des vies, et marquée par l’idée forte de traversée.

Les recherches de l’artiste de ces dernières années, à travers des sculptures et dessins, autour de certains processus saisonniers – comme la production de flocons de neige (Snowflakes drawings), ou de forsythias reconstitués – sont révélatrices de sa réflexion constante sur l’état transitoire et l’éphémère. Cette dimension poétique tend à devenir de plus en plus prégnante dans le travail de Joe Scanlan, toujours combinée à une notion d’esprit critique et d’indépendance.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Joe Scanlan → Solongsolsolong
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/2007/27_SOLONGSOLSOLONG
imprimé le 29 mars 2017 [03:37] depuis l'adresse IP : 54.211.233.235
© Institut d’art contemporain 2017