Markus Raetz

du  au 
© IAC

Affiche de l'exposition

© IAC

Cette rétrospective de travaux des dix dernières années révèle une oeuvre remarquable tant par la diversité des moyens techniques et plastiques de ses investigations que par l'unité poétique du processus.

Markus Raetz s'intéresse moins à l'image -surtout des têtes- qu'à toutes ces mouvances de la réalité qui donnent des images changeantes et imprévisibles, remettant en cause l'assurance de la perception. Il traduit ces variations par des matériaux et des techniques souvent étrangers à la peinture, mais utilisés artisanalement et traduisant des sensations visuelles comme en rendrait compte une technique picturales. Ce décalage, démontré par des séries où chaque œuvre résulte de la précédente et engendre la suivante, comme si le message relevait de l'effet même de juxtaposition et de transformation, définit une approche philosophique de la nature comme un véritable cours de perception et d'existentialisme. Et ce n'est pas sa moindre qualité que de savoir lui adjoindre, simplement, une poésie étrangère à tout grand principe esthétique. C'est la vie qui s'image ici par ses pulsions, par ses souvenirs, par ses inventions à vouloir être.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Markus Raetz → Markus Raetz
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/1983/187_MARKUS-RAETZ
imprimé le 23 avril 2019 [10:12] depuis l'adresse IP : 3.91.157.213
© Institut d’art contemporain 2019