Salvo

du  au 

Le Nouveau Musée présente une nouvelle exposition consacrée à l'artiste italien Salvo. Il s'agit là, pour Salvatore Mangione de son vrai nom, d'une rencontre majeure avec le public français. La troisième, si l'on tient compte de deux précédents accrochages en 71 et 73 ; en tous cas, la première de cette importante puisque le Nouveau Musée propose aujourd'hui une véritable rétrospective de l'artiste.

Né en Sicile en 1947, Salvo s'adonne à la peinture et à la création depuis l'âge de 14 ans. Peintre par nécessité à ses débuts, il fréquente de 1969 à 1973 les sentiers extravagants ou insolites de « l'art conceptuel » et de « l'art pauvre ». C'est l'époque des autoportraits, des marbres et des néons qui, tous, renvoient directement à leur créateur. Narcissisme ou affirmation de soi ? On peut se poser la question. La série des Italie des Sicile et des autoportraits « à la manière de » semble plutôt traduire un nécessaire retour aux sources, la recherche de racines.

A partir de 1975, Salvo se consacre entièrement à la peinture. Plus de postiches, mais des études par thèmes. Des lampadaire aux coupoles, des usines aux bars, chaque sujet est traité plusieurs fois en différents formats. La facture, l'atmosphère restent la même : l'univers de Salvo est celui de la lumière. C'est, en tous cas, une impression lumineuse et chaude qui domine jusqu'à abstraire parfois l'image elle-même.

Seul le Ciclista qui occupe une place particulière dans l'exposition du Nouveau Musée - et dans l’œuvre du peintre - n'est pas l'élément d'une série. C'est un des rares tableaux de Salvo qui privilégie la présence humaine, sans oublier, toutefois, celle très forte de la machine. C'est aussi l’œuvre qui apparente le plus Salvo aux grands maîtres du naïf.

Mais il ne faut pas s'y tromper. La précision et la simplification - relative - du trait la géomatrisation lumineuse sont autant d'éléments volontairement destinés à frapper le spectateur. Peu importent alors les conventions et les classifications. Salvo, tout simplement essaie d'être lui-même.

IAC → EXPOSITIONS → in situ → Salvo → Salvo
i-ac.eu/fr/expositions/24_in-situ/1983/183_SALVO
imprimé le 14 novembre 2019 [12:35] depuis l'adresse IP : 3.227.208.153
© Institut d’art contemporain 2019