Eva Barto

Le voleur de bois

2020

Couteau pliant grippé, manche en bois de morta volé sur les territoires en indivision du domaine de la Brière
Pièce unique
(pas de visuel pour cette œuvre à la demande de l'artiste)

L’œuvre a été conçue pour l'exposition Chroniques de l’Invisible au Grand Café de Saint-Nazaire et, comme toujours avec Eva Barto, elle dissimule sa complexité sous une forme ténue. Pour saisir ce qui est à l’œuvre ici il faudra préciser 1) le lieu du vol 2) l'objet du vol. Le bois ayant servi à fabriquer le manche du couteau a été volé dans les marais de la Brière, territoire doté d'un statut juridique particulier puisqu'il est indivis, c'est-à-dire que sa propriété est partagée entre 21 communes et ses habitants1. A priori, l'objet du larcin peut sembler dérisoire (du bois de morta, issu de chênes fossilisés avec la progression des marais ; autrefois utilisé pour la construction, il est aujourd'hui prisé des sculpteurs).

Le titre de l’œuvre fait référence à l'un des premiers textes de Marx, La loi sur les vols de bois2, mettant en cause une loi qui criminalise le ramassage du bois par les paysans. Marx oppose le droit de propriété absolu au « droit coutumier des pauvres » et cette réflexion l'amène à repenser la question des « communs » issus du droit féodal.
On a donc un territoire avec un statut unique, qui implique le libre usage des communs par ceux qui y habitent ; un « vol » commis sur cette copropriété ; la transformation du matériau volé en objet usuel. Un couteau pliant dont on nous dit de surcroît qu'il est grippé, c'est-à-dire inutilisable. (Faut-il le croire ? Qui songerait de toute façon à se servir d'un couteau qui est une œuvre ?) À travers cet objet banal, presque invisible, se sédimentent des strates d'implications historiques, politiques et économiques. Eva Barto déplace une fois de plus l'ontologie de l’œuvre d'art pour nous questionner : peut-on voler ce qui est un bien commun ?

→ Eva Barto

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Eva Barto, Le voleur de bois
i-ac.eu/fr/collection/797_le-voleur-de-bois-EVA-BARTO-2020
imprimé le 27 janvier 2023 [19:20] depuis l'adresse IP : 44.212.99.248
© Institut d’art contemporain 2023