François Curlet

Stand-By (Jachère)

2000

Copie des 10 planches d'Hermann Rorschach sur papier peint
Papier peint
Environ 50 m² (soit 5 rouleaux)

En 2007, l’Institut d’art contemporain consacre à François Curlet une exposition monographique dans laquelle sont présentées une cinquantaine d’œuvres, de 1989 à 2007. La salle centrale du lieu est investie par le Rorschach Saloon, une œuvre de 1999, agrémentée pour la première fois des Portes Rorschach Saloon qui distribuent l’espace vers le reste de l’exposition.
Ces dernières fonctionnent comme des portes de saloon traditionnelles mais diffèrent par leur forme : François Curlet reprend ici le motif de l’une des taches du test de Rorschach, un outil clinique utilisé pour réaliser des évaluations psychologiques. Les Portes Rorschach Saloon proposent-elles d’entrer dans un bar du Far West ou marquent-elles le seuil de notre inconscient ? L’œuvre semble hésiter entre une exploration scientifique du psychisme humain et une altération de la conscience par la consommation d’alcool. Ce savant mélange de références est également à l’œuvre avec la sculpture DNA Mixer (2005) pour laquelle François Curlet transformait un tube à essai contenant une hélice d’ADN en shaker à cocktail. « Chaque œuvre de François Curlet se donne avant tout comme un trait d’esprit, ou plutôt, comme il s’agit souvent de sculptures, comme un « volume » d’esprit, comme on le dirait pour parler de la composition des cocktails (un volume de spirituel, un volume de matière)1 ». Qu’elles invitent à l’ivresse ou qu’elles stimulent la formation mentale d’images, les Portes Rorschach Saloon proposent au visiteur une évasion par l’imaginaire.

Un papier peint reprenant le test de Rorschach est extrait du Rorschach Saloon de François Curlet – ainsi que les deux portes battantes en forme de test de Rorschach de Portes Rorschach Saloon. L’imagerie répétitive et interprétative du test de Rorschach sert de passage à un autre espace, l’entrée dans l’exposition (vers différentes explorations de l’inconscient), ou encore l’entrée dans l’Auditorium de l'IAC (espace dévolu à la transmission et au savoir) que surplombe ironiquement, allègrement, un « vol de papillons ».

→ François Curlet

© Blaise Adilon

François Curlet, Stand-By (Jachère), 2000 © Blaise Adilon © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → François Curlet, Stand-By (Jachère)
i-ac.eu/fr/collection/55_stand-by-jachere-FRANCOIS-CURLET-2000
imprimé le 19 novembre 2019 [12:12] depuis l'adresse IP : 3.93.75.242
© Institut d’art contemporain 2019