Gilles Barbier

De "chauffe-bain" à "cinémitrailleuse" et son errata

1994

Deux dessins encadrés : encre, gouache, papier type Canson
220 x 220 x 8,5 cm

À partir de 1992, Gilles Barbier décide de recopier scrupuleusement les pages du livre le plus épais de sa bibliothèque, en l’occurrence le dictionnaire Le Petit Larousse illustré de 1966, sur des feuilles de plus de deux mètres. C’est en méditant sur l’idée de « faire un travail qui n’en est pas un » (un travail pour le dimanche, en opposition à la semaine) qu’il en vient à entreprendre cette vaste aventure : il commence dans l’ordre, sans jamais rien omettre des mots, des définitions, des illustrations, pages roses comprises. Il consigne les erreurs qu’il commet sur un errata, ou recommence s’il juge qu’il y en a trop. Jouant avec l’absurde et l’inutile, il continue ce travail méticuleux dont on peut voir ici un fragment, De « chauffe-bain » à « cinémitrailleuse » et son errata, réalisé en 1994 soit deux années après le début de l’entreprise. Peut-être Barbier est-il
« aspirant à la haute lignée des scribes décérébrés et dépourvus d'ego ­ Bouvard, Pécuchet, Bartleby. », c’est en tout cas ce que propose Jean-Yves Jouannais dans une analyse de ce travail1.

→ Gilles Barbier

André Morin © Adagp, Paris

Gilles Barbier, De "chauffe-bain" à "cinémitrailleuse" et son errata, 1994 André Morin © Adagp, Paris © ADAGP

Blaise Adilon © Adagp, Paris

Gilles Barbier, De "chauffe-bain" à "cinémitrailleuse" et son errata, 1994 (détail)
Vue de l'exposition "La pratique est absolument nécessaire et elle pose désormais le problème non plus de son esthétique mais de sa stratégie !", ESAD Saint-Étienne, 2011 Blaise Adilon © Adagp, Paris © ADAGP

Blaise Adilon © Adagp, Paris

Gilles Barbier, De "chauffe-bain" à "cinémitrailleuse" et son errata, 1994 (détail)
Vue de l'exposition "La pratique est absolument nécessaire et elle pose désormais le problème non plus de son esthétique mais de sa stratégie !", ESAD Saint-Étienne, 2011 Blaise Adilon © Adagp, Paris © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Gilles Barbier, De "chauffe-bain" à "cinémitrailleuse" et son errata
i-ac.eu/fr/collection/440_de-chauffe-bain-a-cinemitrailleuse-et-son-errata-GILLES-BARBIER-1994
imprimé le 28 septembre 2022 [15:45] depuis l'adresse IP : 3.235.173.74
© Institut d’art contemporain 2022