Philippe Cazal

Khadija

2005

Chants arabes a cappella (chants populaires, chants religieux, chants d’amour ou chants pour les enfants sans hiérarchie)
DVD, vidéo couleur, 26’, en boucle

Khadija est une vidéo de Philippe Cazal datée de 2005 illustrant un pan plus méconnu car moins immédiatement identifiable de son travail. Si son travail est nettement assimilé à ses effets de « signature », l’artiste a néanmoins produit un petit nombre de vidéos, essentiellement dans les années 2000, apportant un éclairage neuf sur sa pratique. Dans Khadija, Philippe Cazal filme une femme marocaine, nu-tête et nu-pieds, récitant en arabe et a cappella des chants qu’elle semble se remémorer au fur et à mesure qu’elle tournoie dans l’espace clos d’un riad. À ces chants populaires, religieux, d’amour ou pour les enfants, se succédant sans hiérarchie apparente, se mêlent ceux d’oiseaux dont la mélodie permet seule de deviner la présence. Filmée dans un plan-séquence au cadrage fixe en contre-plongée l’enfermant dans un espace cloisonné, Khadija, telle un oiseau en cage, se heurte sans cesse aux bords du cadre que le film lui a assigné. Métaphore de l’enfermement, interprétation renforcée par la position en surplomb de la caméra qui figure le regard de domination et de surveillance des hommes sur les femmes dans le monde marocain, Khadija dégage néanmoins une forme de poésie méditative. Les chansons, dont la litanie s’apparente à des prières liturgiques au rythme incantatoire, rendent ainsi manifeste la source invincible de toute liberté : l’esprit.

→ Philippe Cazal

Philippe Cazal, Khadija, 2005 © ADAGP

© DR

Philippe Cazal, Khadija, 2005 © DR © ADAGP

Villa du Parc, Annemasse

Philippe Cazal, Khadija, 2005 Villa du Parc, Annemasse © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Philippe Cazal, Khadija
i-ac.eu/fr/collection/36_khadija-PHILIPPE-CAZAL-2005
imprimé le 16 juillet 2019 [22:52] depuis l'adresse IP : 54.172.234.236
© Institut d’art contemporain 2019