Roland Fischer

Los Angeles Portraits

1992- 1993

Tirage couleur, à développement chromogène
145 x 166,4 cm
141 x 162 cm

Les Los Angeles Portraits sont réalisés par des séances de prises de vue qui durent en général de vingt à trente minutes : le personnage est debout dans la piscine, immobile, immergé jusqu’aux épaules et tenu par conséquent à une certaine endurance physique. Le flottement du corps, uniquement éclairé par la lumière reflétée par l’eau, produit toutefois une impression de sérénité.
La série des Los Angeles Portraits met en scène des femmes au maquillage sophistiqué, que l’on peut imaginer issues de la jet set hollywoodienne. Elles évoluent sur un fond bleu que seule la ligne de la surface de l'eau à hauteur des épaules vient légèrement troubler. Les visages sont comme autant d'apparitions irréelles semblant s'avancer vers le spectateur et le fixant d'un regard empreint de la plus grande neutralité. Mais cette sorte de « degré zéro » de l'expressivité peut pourtant nous ramener, dans un certain paradoxe, au fait que ces visages supposément fermés évoquent aussi par la force de leur présence « l'effort de chacun pour conserver ou conquérir une parcelle d'autonomie et de reconnaissance dans un monde qui est devenu, justement, celui de l'anonymat et de l'indifférence » (in : Bulletin de la Galerie Sollertis, n°27, février 1994).
Entamée à Los Angeles en 1989, la série des « Portraits en piscine » est prolongée en Chine en 2007 : dans Chinese Pool Portraits, les sujets chinois ne fixent pas obligatoirement l’objectif, mais présentent les mêmes qualités picturales et sculpturales.

→ Roland Fischer

Roland Fischer, Sans titre (L27), 1992 © ADAGP

Roland Fischer, Sans titre (L33), 1993 © ADAGP

IAC → COLLECTION → Acquisitions → Roland Fischer, Los Angeles Portraits
i-ac.eu/fr/collection/138_los-angeles-portraits-ROLAND-FISCHER-1992-1993
imprimé le 23 février 2020 [21:11] depuis l'adresse IP : 3.94.202.172
© Institut d’art contemporain 2020