Marc Couturier

Né en 1946 à Mirebeau-sur-Bèze (France)
Vit et travaille à Paris (France)

Né en 1946, Marc Couturier est un artiste français dont le travail est le fruit d’une attention poétique et singulière au monde. Ses œuvres, principalement sculpturales, se situent au croisement d’une double filiation : entre le pouvoir d’évocation du symbolisme et la rigueur formelle du Minimalisme. Son travail a été notamment exposé au Centre Pompidou, au Musée de la Chasse et de la Nature à Paris, au MUDAM au Luxembourg ainsi qu’à la Mizuma Art Gallery de Tokyo.
Autodidacte, Marc Couturier ne vient à l’art que tardivement, à l’âge de trente-huit ans. C’est lors de la première Biennale de Belfort en 1985 que l’artiste expose pour la première fois sa Barque de Saône (1985), quelques années avant d’être enfin révélé au grand public lors de l’exposition mythique du Centre Pompidou, Les Magiciens de la Terre, en 1989. Première occurrence de sa série emblématique de barques évoquant celles des passeurs de la Saône, l’installation fait léviter une embarcation trouvée et remplie d’eau au-dessus du sol. L’œuvre pose les bases d’un art empreint de mystère et de spiritualité, d’attention à l’objet tout autant qu’ouverte à de multiples interprétations.

En 1991, l’artiste forge le concept de redressement, prélude à une série d’œuvres « non faites de main d’homme », des objets choisis, souvent négligés ou abandonnés dont certains signes évoquent étrangement une activité humaine. Il s’agit dès lors pour Couturier de faire renaître l’objet, de lui conférer une forme de noblesse par sa mise en valeur, par son inscription dans un contexte muséal. Marbre (1999) ou Redressement, Tondo (2008), par exemple, évoquent ce procédé d’élection de l’artiste, tout autant son regard traquant une beauté jusqu’alors indécelable que le soin apporté à sa disposition. Marc Couturier dessine également depuis l’âge de vingt ans et cette pratique essentielle l’a conduit à investir divers formats et supports, depuis les modestes feuilles de papier jusqu’aux surfaces murales des grands musées. Entamés en 1991, ce qu’il nomme ses « dessins du troisième jour », sont un recueil d’œuvres tracées à la mine de plomb ou à la pointe d’argent laissant peu à peu apparaître, derrière leurs tremblements fiévreux tels des griffures, une nature riche et majestueuse. Enfin, la troisième série de l’artiste, celle des « Lames », peut être évoquée par son exemple le plus fameux et le plus monumental. Située dans la baie de Tokyo et réalisée dans le cadre d’une commande célébrant l’amitié franco-japonaise, la Flamme de la Liberté (2001) agit comme un précis de l’œuvre de Marc Couturier : un point d’équilibre entre minimalisme et symbolisme tout autant que l’approfondissement d’une relation poétique au monde et à la nature environnante.

La collection

Marc Couturier

Barque de Saône III

1989-1990

Éditions

Été 93

1993

FRAC Rhône-Alpes
La collection

Marc Couturier

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Marc Couturier ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/912_marc-couturier
imprimé le 20 octobre 2017 [21:37] depuis l'adresse IP : 54.225.47.94
© Institut d’art contemporain 2017