Jenny Holzer et Peter Nadin

Jenny Holzer 
Née en 1950 à Gallipolis (Ohio, États-Unis) 
Vit et travaille à New York (ÉTATS-UNIS)
Peter Nadin 
Né en 1954 à Bromborough (Royaume-Uni) 
Vit et travaille à New York (États-Unis)

Après des études à Newcastle en Angleterre, Peter Nadin s’installe à la fin des années 70 à New York où il ouvre une galerie dans son appartement de West Broadway avec Christopher D’Arcangelo. Ils invitent des artistes (parmi lesquels Daniel Buren, Sean Scully, Dan Graham) à composer des œuvres « non commerciales1 » strictement destinées à un dialogue interne avec l’espace et avec les œuvres déjà exposées. En 1978, il entame avec Jenny Holzer un projet d'édition de livres d’artistes et d’éditions d’œuvres agençant textes et images. Jenny Holzer s’intéresse quant à elle à la langue, en particulier à l'écriture féminine, comme instrument de pouvoir. Elle fait partie du groupe Colab lorsqu’elle initie en 1978 le « Bureau des consultations » auquel elle convie Peter Nadin, Richard Prince, Peter Fend, Coleen Fitzgibbon et Robin Winters. Ensemble, ils proposent des œuvres d’art semblables à des « services appliqués au besoin de clients2 » et dont l’objectif est de substituer « l’inutilité de l’objet d’art3 » à une aide sociale.
Basée sur le modèle d’une agence de consultation ou d’un vaste «produit dérivé4», leur collaboration propose de répondre aux enjeux de société, notamment l'effondrement économique des années 1970 et les ravages du sida. Au-delà d’un utilitarisme, il s’agit d’une critique institutionnelle qui pointe la mise en péril de la subjectivité par la bureaucratisation croissante.
La dernière exposition du groupe, en mai 1979, marque la fin d’une collaboration de huit mois, tristement marquée par le récent décès de Christopher D’Arcangelo. Il existe plusieurs versions disjointes de l’expérience du collectif, Peter Nadin rapporte lors d’une récente interview que le groupe ne parvient pas à se coordonner : « le désaccord interne a rapidement transformé l'aventure en une comédie. L’art était devenu une farce ». Malgré cette fragilité, les historiens d’art célèbrent l’orientation esthétique précoce vers une « nécessité sociale5 ». 
Le Nouveau Musée (devenu l’Institut d’art contemporain) expose les Living Series de Jenny Holzer et Peter Nadin en 1981 à la Tour Part-Dieu à Lyon.

La collection

Jenny Holzer et Peter Nadin

Cabinet de Fend, Fitzgibbon, Holzer, Prince & Winters

1980

La collection

Jenny Holzer et Peter Nadin

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Jenny Holzer et Peter Nadin ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/841_jenny-holzer-et-peter-nadin
imprimé le 18 juin 2018 [11:55] depuis l'adresse IP : 54.81.158.195
© Institut d’art contemporain 2018