Michel Gérard

Né en 1938 à Paris (France)
Vit et travaille à New York (États-Unis)

Michel Gérard est un artiste français qui, par ses sculptures, ses dessins sur papier et ses œuvres dans l’espace public, interroge le déclin de l’ère industrielle autant que ses conséquences. Sans en revendiquer la filiation, son travail a pu être rapproché d’un mouvement comme l’Arte Povera ou être analysé selon le concept d’Antiforme. Ses œuvres ont été notamment exposées au Centre Pompidou à Paris, au Sapporo Museum of Contemporary Art au Japon, au Ludwig Museum de Cologne ainsi que dans de nombreuses institutions nord-américaines. Après des études à Paris à l’École des Arts Appliqués puis à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts, il commence, au cours des années 1970, à exposer ses sculptures et dessins.
Ses premières œuvres importantes comme Fighter (1972) ou Non-Functional Table (1974) montrent, dans deux registres différents, un intérêt précoce pour l’acier et les multiples possibilités plastiques que son travail autorise. Avec Entaille nouée (1983), sculpture composée de trois éléments en acier forgé posés à même le sol, telle une « remontée du magma de l’intérieur de la terre », Michel Gérard invoque la mémoire du sol et de l’histoire de l’industrie. Ses dessins des années 1980 s’intéressent également aux processus industriels de transformation de la matière (Voyage au Centre de la Saar, 1989) quand ceux de la décennie suivante intègrent des éléments géologiques et biologiques en relation avec la nature.

Installé à New York à partir de 1989, Michel Gérard fait partie des rares artistes français à y connaître une réception aussi bien institutionnelle que publique et critique. Ce départ a également eu une incidence sur sa propre pratique, l’ouvrant désormais à de nouveau matériaux comme l'aluminium, la résine polyester ou le verre trempé. Ses installations sculpturales se font plus imposantes et accueillent aussi parfois d’autres médias comme la photographie. Shrink and Stretch (1996) ou Recycling Ashes (1997) notamment démontrent une conception élargie de la sculpture ainsi que l’émergence d’une forme de narration dans son travail, sur la base de récits aux résonnances fréquemment autobiographiques. Cet intérêt croissant pour une forme de monumentalité se lit de façon plus prégnante dans les commandes publiques que l’artiste réalise à partir de la fin des années 1980. Ce troisième volet du travail de l’artiste, toujours marqué par une utilisation puissante de l’acier, a donné lieu à de belles réalisations comme en atteste De l'en-dessous (1986) installée dans la ville de Bourg-en-Bresse et qui télescope la pratique olympique du lancer du javelot et les liens qu’entretiennent le fer et la terre. Une commande plus récente, intitulée L'enfance de l'art (2008), marque un retour à une passion née de son enfance sous l’Occupation : la bande-dessinée. Outre cette sculpture monumentale installée un temps à Nice et inspirée de l’iconique Little Nemo de Winsor McCay, l’artiste développe un corpus d’œuvres (dessins, peintures, sculptures) nourries de référence à l’histoire de l’art et issues d’un travail sur la mémoire de l’enfance.

La collection

Michel Gérard

Miroirs

1979

La collection

Michel Gérard

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Michel Gérard ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/613_michel-gerard
imprimé le 12 décembre 2017 [09:31] depuis l'adresse IP : 54.221.76.68
© Institut d’art contemporain 2017