Nicolas Muller

Né en 1913 à Orosháza (Autriche-Hongrie)
Décédé en 2000 à Andrín (Espagne)

Né en Autriche-Hongrie au sein d’une famille juive bourgeoise, Nicolás Muller a connu l’exil pendant la majeure partie de sa vie, fuyant les régimes répressifs d’Europe, allant de Paris à Tanger, puis en Espagne, alors sous le régime franquiste. Il fait partie des photographes hongrois qui élaborent, dès le début des années 30, une photographie sociale et documentaire. Muller découvre la photographie à l’âge de treize ans, alors qu’il reçoit son premier appareil, et se met dès lors en devoir de représenter le monde tel qu’il le voit. Il partage son temps entre cette passion pour la photographie et ses études de droit et de sciences politiques à l’université de Szeged. En 1938, avec l’annexion de l’Autriche-Hongrie par l’Allemagne nazie, Nicolás Muller est contraint de fuir son pays et s’installe à Paris, où il rencontre d’autres photographes hongrois en exil comme Brassaï, Robert Capa, ou André Kertész, et qui partagent ses préoccupations artistiques. Il travaille pour la presse française et publie une série de clichés sur le monde ouvrier de Marseille et de Hongrie. Puis, de Paris, il migre vers Tanger où se retrouvent de nombreux réfugiés juifs de toute l’Europe centrale, et où il reste sept ans, fasciné par la lumière et la vie tangéroises. « Les yeux, les mains et tout mon être me démangeaient de l’envie d’aller partout pour prendre des photographies ». Il quitte Tanger pour ouvrir un studio à Madrid où il se fait connaître pour son travail de photojournalisme, jusqu’à sa mort en 2000.

Ces déplacements et les rencontres qui en résultent marquent le travail de Nicolás Muller, qui se caractérise par un style documentaire humaniste. Ses photographies font preuve d’une empathie et d’une curiosité pour le monde ouvrier et, plus généralement, pour la représentation du monde du travail. Son langage plastique, qui privilégie le noir et blanc, s’appuie sur des effets de perspective et des points de vue inhabituels comme la contre-plongée, typiques du style de l’avant-garde photographique.

La collection

Nicolas Muller

Hungria : Afilando guadana

1935

Éditions

Tiefenschärfe

2006

Wienand Verlag, Cologne
La collection

Nicolas Muller

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Nicolas Muller ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/500_nicolas-muller
imprimé le 16 août 2017 [16:56] depuis l'adresse IP : 54.196.101.118
© Institut d’art contemporain 2017