Jean Rosset

Né en 1937 à Sainte-Agnès (Isère, France), vit et travaille à Sainte-Agnès
À l’école, qu'il a quittée à 14 ans, on lui disait : «  bon en dessin » et, en gardant les vaches, il lui arrivait parfois de sculpter des bâtons au couteau. Mais il faut attendre les années 1960 pour que Jean Rosset se tourne vers le dessin et la peinture, puis les années 1970 pour qu'il s’engage dans la création de ses premières sculptures sur bois. Il choisit avec un soin méticuleux l’arbre qu’il façonnera, orme, châtaigner, chêne ou frêne. Tenant compte des courbes des fibres et des nodosités, il se sert d’outils brutaux (la hache ou la tronçonneuse) qu’il manie avec précision pour réaliser des figures géantes, totémiques, animées d’une expression intense. À partir de 1976, il emploie la polychromie et réalise également des sculptures « Bio-dégradables », sculptures vivantes, sujettes à une dégradation due aux insectes ou aux champignons, dont témoignent des photographies.
Les œuvres de Jean Rosset ont fait l’objet de commandes publiques (FRAC Rhône-Alpes, la Bajatière et le Musée de Grenoble, ville de Saint-Quentin-Fallavier, Isère, ville de Bègles, Gironde…). Il a participé à des symposiums de sculpture sur bois à Vorü (Estonie), à Naumburg (Allemagne), à Cumana (Venezuela) et  à Vizille (Isère, France), ville dans laquelle il a réalisé une sculpture à partir d’un gros hêtre mort sur pied (5,50 m) au Parc Départemental. Il participe également à de nombreux concours internationaux de sculpture sur neige (Québec, Finlande, Norvège…).
Depuis 2002, Jean Rosset a participé à une vingtaine d’expositions régionales (Galerie Pikinasso à Roanne ;  Galerie du Larith à Chambéry ; Galerie Chomarat à Lyon ; Musée international de la Chaussure à Romans…) et en région parisienne (Espace culturel André Malraux au Kremlin-Bicêtre ; Galerie Objet Trouvé à Paris…).

Assez proche de l’art brut, Jean Rosset voit dans l’acte de sculpter une nécessité. Dès qu'il peut, il sort hache et tronçonneuse et s'attelle à l'ouvrage. Il travaille « en collaboration avec la Nature » en utilisant ses formes si riches et si variées. Ses derniers travaux sont des sculptures sur arbres vivants : Jean Rosset guide leur croissance, à l'image de l’arboriculteur qui donne les formes qu’il veut à ses arbres, à la différence près qu'il joue sur la part de hasard qui est celle de la nature. Pour les différencier, il appelle ces expériences : Biosculpture –Arborisculpture – Agrosculpture.
La collection

Jean Rosset

Tueur de phoque

1985

La collection

Jean Rosset

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Jean Rosset ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/386_jean-rosset
imprimé le 20 octobre 2017 [12:41] depuis l'adresse IP : 54.224.197.251
© Institut d’art contemporain 2017