Kacem Noua

Né en 1952 à Lyon (France)
Vit et travaille à Lyon (France)

Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Lyon, Kacem Noua est un peintre lyonnais. Ses œuvres sont montrées plusieurs fois dans le cadre d’expositions collectives au Musée d’Art Contemporain de Lyon (Collection ’84 en 1984, Les Griffes de Lyon en 1990, G7 en 1996) qui lui consacre aussi une exposition personnelle en 2003. Il expose également dans des lieux d’exposition dans la région Rhône-Alpes comme au Centre d’art contemporain de Saint-Priest en 1997 ou au Musée Paul-Dini à Villefranche-sur-Saône en 2003. Il est un des artistes invités à la première Biennale d’Art Contemporain de Lyon, L’Amour de l’Art, en 1991. En 2015, Kacem Noua expose ses œuvres à la galerie Regard Sud en Résonance à la Biennale de Lyon et fait partie de l’exposition Un Regard sur la scène artistique lyonnaise au XXe siècle au Musée des Beaux-Arts de Lyon. Kacem Noua enseigne à l’École Supérieure d’Art de l’Agglomération d’Annecy.

La pratique artistique de Kacem Noua s’articule autour de formes représentées dans leurs volumes. Ses œuvres n’ont pas de fond et ne sont que formes, échappant cependant à la logique de la bi-dimensionnalité ou de la tri-dimensionnalité géométrique. Elles sont toutes soumises à la même succession de tâches, sans prégnance de l’une par rapport aux autres. Aux études préliminaires de rencontres de volumes succède le choix d’un de ces volumes, son agrandissement et son report sur une mince plaque de bois découpée par l’artiste puis peinte une fois le dessin superposé.

Après une utilisation vive de la couleur et d’une palette chromatique large, l’artiste pose la couleur dans une démarche temporelle : en utilisant divers tons de gris, il attend du spectateur qu’il en perçoive les nuances dans le temps. Exposées à même un mur blanc, les œuvres semblent se détacher de celui-ci pour paraître en suspension, comme une simulation informatique dont il serait possible d’appréhender toutes les dimensions.

Nombre des œuvres de Kacem Noua sont des trompe-l’œil qu’il ne serait pas possible de matérialiser. Certains ne répondent à aucune logique mathématique (par exemple le mouvement improbable de l’anneau circulaire de Rondo, 1988) ; d’autres sont dotés d’une matérialité, voire d’une stabilité, conférée par l’assemblage de différentes pièces, comme en gravitation, sur un mur d’exposition (a capella, 1994).

À la rigueur des figures géométriques, l’artiste oppose aussi la rythmique de motifs sinueux et colorés, évocateurs de volutes ou d’écumes en mouvement. Fortement ornementale, sans prétention narrative, la peinture de Kacem Noua s’est renouvelée ces dernières années par un travail sur la trace via l’usage de la photographie. La problématique essentielle de l’artiste reste l’illusionnisme de la représentation, la production d’un espace fictionnel par la peinture, l’interrogation du geste pictural lui-même.

La collection

Kacem Noua

Ocell

1983

La collection

Kacem Noua

Sans titre

1983

La collection

Kacem Noua

Ouap-dou-ouap

1982

La collection

Kacem Noua

→ consulter les œuvres
de la collection en ligne
IAC → Kacem Noua ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/373_kacem-noua
imprimé le 24 février 2021 [18:06] depuis l'adresse IP : 3.238.7.202
© Institut d’art contemporain 2021