Ali Cherri

Né en 1976 à Beyrouth (Liban)
Vit et travaille entre Paris (France) et Beyrouth (Liban)

Artiste proposé par Sheikha Hoor Al Qasimi, fondatrice et présidente de la Biennale de Sharjah (Émirats arabes unis)

Ali Cherri réalise aussi bien des œuvres vidéo et des films que des installations ou encore des lithographies. Il puise ses sources autant dans l'histoire de son pays d'origine, le Liban, que dans celles du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Plus largement, il s’intéresse à la place que prennent les objets archéologiques dans l’élaboration des récits nationaux, comme l’illustre son film The Digger (2015). The Digger raconte l’activité quotidienne du gardien d’une nécropole datant du néolithique, qui doit « éviter que des ruines ne tombent en ruines ». Ce film souligne le paradoxe des tombes vides, où l’idée de la mort est évoquée par l’absence de reliques. Dans sa série de lithographies Paysages Tremblants (2014), Ali Cherri étudie l’histoire des tremblements de terre dans des villes comme Beyrouth, Damas, Téhéran, Alger ou Erbil. Ces vues aériennes révèlent les failles sismiques de ces villes, comme les signes d’un présent intranquille, préoccupé par les catastrophes du passé et celles du futur qu’il cherche à éviter.
IAC → Ali Cherri ← Artistes
i-ac.eu/fr/artistes/1647_ali-cherri
imprimé le 24 septembre 2017 [12:39] depuis l'adresse IP : 54.81.59.211
© Institut d’art contemporain 2017